Mieux voir pour mieux vivre

Des yeux pour regarder, un regard pour voir…
Et si nos yeux n’étaient pas seulement là pour appréhender le monde mais pour le créer ?
Et si ce que je voyais n’était pas la réalité mais plutôt, «une» réalité créée par moi ?
Et si nos problèmes de vue n’étaient en fait que des signaux de notre corps nous invitant à regarder autrement pour voir autrement ?
Et si un sentiment de mal-être n’était pas la résultante d’une circonstance mais plutôt d’un regard non optimal posé sur cette circonstance ou cette personne ?
Et si mon regard pouvait me permettre de changer ma vue, de changer ma vie ?
Si je pouvais mieux voir… pour mieux vivre ?

Ma perception détermine mon expérience et ma réalité !
Lorsque nous naissons, nous sommes simplement une conscience, un esprit. Cette conscience que nous sommes se manifeste alors spontanément. Que le bébé soit heureux ou malheureux, il se laisse être tel qu’il est ! Puis, grâce à nos expériences et à notre mental, nous apprenons. Nous apprenons que nous sommes un garçon, ou une fille. Que telle chose est facile… ou difficile. Et à travers nos expériences, nos croyances, nous nous définissons. Nous créons progressivement autour de nous un niveau d’être avec lequel nous avons tendance à nous identifier et parfois à nous perdre.
Ce niveau d’être est généralement appelé la personnalité. Elle reflète le degré auquel nous nous définissons suite à des croyances ou à des expériences passées. Toutes nos croyances configurent alors autour de nous (l’esprit), comme une bulle, comme un filtre de perception à travers lequel nous regardons le monde… sans en avoir nécessairement conscience. En fonction des croyances qui la composent, cette bulle aura une certaine couleur.

Imaginez une personne dans une bulle rose (croyant donc que le monde est rose) en train de regarder le monde. Que voit-elle ? Un monde rose ! Et maintenant, imaginons une personne dans une bulle grise. Que perçoit-elle alors qu’elle regarde le monde ? Un monde gris ! Et en plus, toutes les informations lui parvenant valident que le monde est réellement gris puisqu’elles ont été distordues par ce filtre gris.
Supposons maintenant que ces deux personnes dans des bulles de couleurs différentes choisissent de discuter sur la «couleur» du monde… Elles auraient évidemment chacune une perception différente. Ainsi, nous devons reconnaître que nous ne voyons pas le monde tel qu’il est mais plutôt tel que nous croyons qu’il est ! Le monde n’est peut-être ni rose ni gris. De plus, comme cette bulle reflète la nature de nos croyances, elle reflète aussi notre personnalité ! Nous ne voyons donc pas le monde tel qu’il est mais tel que nous sommes nous-mêmes.
Il pourrait être intéressant de se demander si la perception que nous avons du monde est saine et surtout, si elle nous laisse en bonne santé et heureux ! Souvent, des personnes ont vécu des circonstances pénibles qui leur ont fait apprendre que le monde est un champ de bataille ou une lutte perpétuelle et c’est malheureusement ce qu’il devient pour elles. Elles ne «voient » que ce qu’elles s’autorisent à voir… elles ne «voient » que ce qu’elles croient. C’est grâce à cette compréhension que nous pouvons commencer à comprendre pourquoi et comment un type de vue spécifique peut être associé à une manière d’être spécifique.

La vision comme métaphore…
Je crois que nous ne développons pas de pathologies par hasard, et que le corps essaye d’attirer notre attention par cette pathologie sur une manière d’être que nous avons développée qui n’est pas saine pour qui nous sommes essentiellement (l’esprit). De la même manière que des médecins commencent à associer des personnalités types qui prédisposent à certaines pathologies, j’associe une manière d’être spécifique aux différents problèmes de vue.
Ainsi, si quelqu’un voit mieux de près que de loin (myopie), c’est un peu comme si cette personne s’était fermée au monde extérieur, se protégeant à l’intérieur d’un monde qu’elle perçoit menaçant. Il serait alors intéressant de se demander ce qu’a vécu cette personne au moment où la myopie est apparue. Y a-t-il eu un divorce, un changement d’école, un événement qui a fait penser à cette personne qu’il valait mieux se protéger à l’intérieur…? Si quelqu’un voit mieux de loin que de près (hypermétropie, presbytie…), y a-t-il eu au moment où la pathologie est apparue un sentiment que l’autre est plus important que soi, qu’il vaut mieux donner que recevoir?

Si quelqu’un a une vision distordue (astigmatisme…), cette personne a-t-elle développé autour d’elle (l’esprit) une personnalité qui n’est pas en accord avec ce qu’elle est profondément, portant perpétuellement comme un masque ?…
Aussi, si nous comprenons ce que la pathologie essaye de nous dire, nous pouvons alors consciemment choisir de développer une nouvelle personnalité, de nouveaux systèmes de croyances concernant notre nature ou celle de l’univers et accéder ainsi à une nouvelle perception, une nouvelle expérience de plus grande clarté, figurative mais aussi littérale. Il est évident qu’au delà d’un changement de regard et d’attitudes, des techniques de yoga des yeux peuvent aussi s’avérer très efficaces pour aider à un meilleur fonctionnement des muscles permettant l’accommodation oculaire.

Doutez de votre perception…
Puisque tout ce que je perçois, de manière littérale ou figurative, dépend de la nature de ma bulle et donc de mes croyances, je dois douter de tout ce que je perçois. Est-ce la vraie réalité ou une réalité créée par moi ? Ainsi, puisque pour une personne qui a été myope, sa bulle est colorée par l’insécurité ou la peur, lorsqu’elle regardera autour d’elle et devra prendre une décision, sa perception sera automatiquement distordue par cette peur ! Et par exemple, alors que toutes ses perceptions lui affirment que sa situation est vouée à l’échec, elle devra affirmer qu’au-delà de sa perception, le succès l’attend ! Que si elle se laisse être dehors telle qu’elle est dedans, cela se passera bien ! Et c’est là où il lui faudra un certain courage, une détermination à croire en ce qu’elle ne perçoit pas.
Heureux celui qui croit sans avoir vu !
Notre perception de l’univers étant de toute manière distordue, nous pouvons choisir de le percevoir autrement. C’est ainsi que je peux choisir d’affirmer une nouvelle perception, par un regard nouveau posé consciemment sur moi-même, une personne ou même une circonstance. Le problème est que je dois croire en quelque chose que je ne vois pas ! Et c’est là où ce n’est pas toujours facile… Mais, « Heureux ceux qui croient sans avoir vu !!! » nous a-t-on dit ! Bien sûr puisque ce que je vois est la résultante de ma croyance pas nécessairement optimale pour qui je suis ou pour qui j’ai envie de devenir !
Dans l’exemple précédent de la personne myope ayant perçu l’échec, elle pourra alors consciemment dire à la peur «Vade retro, Satanas… Arrière Satan», c’est-à-dire : «Je te vois toi, la peur, me tenter en me proposant des limites mais je choisis de ne pas croire en toi ! Je sais où tu peux me mener et je ne te donne plus le pouvoir de prendre pour moi mes décisions. »

Je vais ainsi réaliser le pouvoir créateur colossal que j’ai en mes yeux et mon regard ! Un nouveau regard consciemment projeté sur moi, sur une personne ou sur une circonstance va me permettre de me transmuter, de la transmuter ! De cette manière, je ne subis plus l’univers ! Je ne suis plus une victime de l’univers mais un créateur de mon expérience !
Nous rentrons ici dans l’expérience directe de ce qui est appelé la métaphysique. Nous expérimentons alors consciemment de quelle manière, à travers nos peurs, nos désirs et nos croyances, nous projetons autour de nous notre bulle, notre réalité qui finit par se densifier, par se matérialiser ! Nous pourrons alors réaliser et voir comment chaque être autour de nous fait de même. Nous comprendrons ainsi que ce qui se passe dans une circonstance n’est pas dû au hasard ou à une coïncidence. Nous verrons qu’elle est la résultante des peurs, désirs et croyances projetés par chacun des différents « co-créateurs » de cette circonstance.
Choisissez de voir le monde autrement et il sera autrement, pour vous !
Je peux choisir de percevoir d’autres motivations dans l’action qui a été faite et, à travers cela, me sentir mieux ! Ainsi, comme j’aime à le dire, l’univers tourne autour de nous…Tantôt il m’arrive de belles choses, tantôt il m’arrive de «mauvaises» choses…Mais sont-elles réellement « mauvaises » ou est-ce simplement ma perception ? Je peux donc choisir de douter de ma perception et la changer si elle ne me rend pas heureux(se)…L’important au final n’est pas réellement ce que je crois mais plutôt de savoir si ce en quoi je crois me laisse heureux et en bonne santé !!! Je peux toujours choisir un « autre regard ».

Pour cela, il me faut apprendre à prendre un peu du recul sur moi, à devenir observateur de moi-même et à me demander si ce que je pense, dis ou fais est juste et bon concernant soit ce que je suis ou ce que j’ai envie de devenir ! Regardez…et vous verrez !
Bonne route vers de plus en plus de clarté, de lucidité et de perception de la perfection !

Patrice Morchain. 

 

Devenir qui je suis, Être et Rayonner.

Extraits d’une Entrevue de Sarah Diane Pomerleau, réalisée par Jeannine Paradis.

Quel est le sens de notre présence sur Terre? Dans son livre, « Comment découvrir sa Mission de Vie? », Sarah Diane Pomerleau, nous amène à prendre davantage conscience des étapes de l’éveil, du dévoilement, de la révélation, de l’apprentissage et de la manifestation de notre Mission de Vie sur Terre, pour rayonner plus de paix intérieure et de mieux-être.

Sarah, Comment pouvons-nous connaître notre mission de vie?

Si tu nais Avatar, tu connais ta Mission de Vie et même ton Destin. L’Avatar revient avec toute sa conscience, tous ses acquis. Il sait d’où il vient, où il va et ce qu’il vient faire. Quant à nous, il nous faut découvrir notre Mission de Vie. Certains la découvrent lorsqu’ils sont jeunes mais la plupart des gens prennent du temps pour la trouver. La problématique, c’est que nous sommes «anesthésiés et amnésiques» lorsque nous arrivons sur la planète Terre. Nous sommes venus au monde avec un voile. Il faut enlever le voile de l’oubli de qui nous sommes vraiment. C’est ce qui m’accablait, quand j’ai commencé à écrire ce livre, de constater que j’ai mis 30 ans avant d’enlever le voile, de savoir qui je suis, de sortir de l’ombre et d’entrer dans ma lumière! Ce n’est rien pourtant 30 ans, un petit clin d’œil dans le grand cycle.

Nous découvrons notre Mission de Vie, un pas à la fois. L’enfance et l’adolescence comportent des Indices de notre Mission de Vie, mais nous ne les reconnaissons pas. Elle se dévoile à certains moments, à la suite d’une rencontre, d’une lecture, d’un événement ou d’une vision. Ce qui ne veut pas dire que nous l’acceptons pour autant. Elle est d’abord dévoilée et, ensuite, elle nous est révélée, suite à une Illumination, un éveil de la conscience ou un déclencheur. Tout au long de notre vie, se trouvent des Intersections, des croisées de chemins très importantes. Une fois que notre Mission s’est révélée, nous débutons l’apprentissage, l’expérimentons, puis la manifestons.

Ce qu’il ne faut surtout pas oublier, c’est qu’autrefois les gens devaient mourir physiquement pour changer de Mission de Vie. Aujourd’hui, c’est différent. Nous avons plusieurs morts-renaissances dans une même vie! Parfois, le changement est très subtil, nous changeons d’emploi, de pays; d’autres fois, il est drastique! C’est comme un gant que nous retournons à l’envers. Puisque nous vivons plusieurs transitions-passages dans une même vie, nous pouvons avoir aussi plusieurs Missions de Vie, ou plusieurs facettes à notre Mission de Vie dans notre vie actuelle. Peu de personnes savent ce qu’elles ont à faire dès qu’elles arrivent au monde! C’est comme le chemin du « Petit Poucet » sur lequel on avance en semant des cailloux.

Combien de missions différentes pouvons-nous réaliser dans notre vie? Autrefois, il m’aurait fallu au moins 11 vies pour faire tout ce que j’ai fait durant cette vie! Si vous observez la vie de vos parents et de vos grands-parents, en général, ils ont eu une vie et non pas dix vies en une!

Y a-t-il un lien entre notre mission et notre incarnation?

Pour tous les êtres conscients, oui! Pas pour les êtres non-conscients, qui n’ont pas encore changé le mécanisme de leurs croyances. Tous les êtres conscients, c’est-à-dire éveillés, reviennent s’incarner pour manifester leur Mission de Vie. Leur Mission de Vie peut être de revenir pour accompagner d’autres personnes qui vont s’éveiller et terminer leur cycle d’incarnation; parmi eux, des aidants, des enseignants, des soignants, etc. Leur incarnation sur Terre est une manifestation de leur Mission de Vie. Leur Mission de Vie est parfois très simple. Un bon électricien ou un bon plombier, à travers le métier qu’il aime, actualise sa Mission de Vie qui peut être de répandre l’amour; l’amour de son métier, de sa femme, de ses enfants, de ses amis, de sa société. Nous ne sommes pas obligés d’être le président des États-Unis pour avoir une Mission de Vie. La Mission de Vie, ce n’est pas comme au cinéma, c’est la quête et l’atteinte du bonheur. Comme dit si bien Éric Baret, « La Joie de ne rien Être » donne aussi un sens à sa vie.

Pourquoi  s’interroge-t-on sur la Mission de Vie présentement?

À partir du moment où l’on se reconnaît, où l’on a développé l’estime de soi, où l’on a trouvé notre place sur la Terre, jardinier ou boulanger, la question ne se pose plus. Quand la question se pose, c’est la pointe de  l’Iceberg. Sous la question, « Quelle est ma Mission de Vie? », il y a des sous-questions: « Comment se fait-il que je ne réussisse pas? Pourquoi n’est-ce pas moi qui chante à Las Vegas? Pourquoi personne ne m’aime? Pourquoi n’ai-je jamais rien eu? ». Toutes ces questions concernent la confiance en soi, l’estime de soi, l’amour de soi. Je crois que le principal obstacle qui nous empêche de connaître notre Mission de Vie, c’est d’abord et avant tout de ne pas savoir respirer! La non-reconnaissance de soi et de sa propre existence nous empêche de trouver notre Mission de Vie. Plus tu deviens en paix et te réconcilies avec toi-même, moins cette question se pose, car tu vas de mieux en mieux. Poser cette question, c’est un indice que tu n’es pas vraiment bien! Je n’ai jamais posé cette question à qui que ce soit. Pourtant plusieurs ont répondu à une question que je n’avais pas posée! Je ne me suis jamais posé cette question, même dans mes moments de désespoir. Ma Mission de Vie s’est imposée à moi! Au fond j’ai toujours su que, lorsque j’étais dans un état de plénitude, j’accomplissais ma Mission de Vie: « Être et respirer la Vie et la Joie ».

Lorsque tu enlèves tes masques, tu te réconcilies avec toi-même, tu arrêtes de te taper sur la tête, tu deviens tellement bien avec toi-même que tu fais ce que tu as à faire. Et si tu as à faire de grandes choses, à partir du moment où tu es bien avec toi même, on va te les servir dans une assiette en or, parce que tu seras capable de les accueillir et de les assumer. Voilà pourquoi je réponds par la finalité de la question. Quelle est ma mission de vie? Qu’est-ce que je fais ici? La question serait plutôt: « Comment faire pour être bien, pour être heureux et pour vivre le bonheur? » Lorsque tu rencontres une personne heureuse, sais-tu quelle est sa Mission de Vie? Cela pourrait être simplement d’être assise sur une terrasse, en train de siroter un verre… d’eau… et tout va bien! Ce jour-là, elle ne se pose pas la question « Quelle est ma mission de vie? » D’abord elle Respire, et ensuite, elle Est et Rayonne.

Comment as-tu découvert ta propre mission?

En vivant une journée à la fois. J’ai réalisé que j’accomplissais ma Mission de Vie en écrivant ce livre. Un des indices les plus importants de ma Mission de Vie s’est produit à l’âge de 32 ans: 11 jours et 11 nuits d’Éveil et d’Illumination.

L’Illumination ne se cherche pas et ne s’achète pas. Elle peut parfois conduire à la folie. Au cours de ces 11 jours et 11 nuits, j’ai tout arrêté: je ne travaillais plus, je ne mangeais plus, je ne sortais plus, je ne faisais plus rien, sauf être dans l’Illumination! Le ciel était ouvert, je parlais à Dieu directement, la lumière et les chants des anges descendaient vers moi. Je ne le savais pas, mais on me révélait ma Mission de Vie, comme elle fut révélée aux prophètes autrefois. Tous mes chakras se sont allumés en même temps, partout dans mon corps. Je ne savais pas ce qu’étaient les chakras. J’étais constituée d’entonnoirs d’énergie qui rayonnaient, il y en avait partout! Ce fut un puissant déclencheur, l’ouverture de tous mes chakras en même temps.

Aujourd’hui, l’exploration des chakras est au cœur de mes enseignements. Cette expérience fut un révélateur. Après ces 11 jours d’Illumination, je me suis rendue dans une librairie ésotérique, car j’avais besoin de comprendre ce qui m’arrivait. C’est alors qu’un livre du Maître Bulgare Peter Deunov, « L’Éveil de la Conscience, L’Amour Universel, Source de Vie », est venu à moi. Dans cette même librairie, un homme, que je ne connaissais pas, m’a dit: « Un jour vous enseignerez la spiritualité! » Après cette période, d’autres déclencheurs se sont succédé. Depuis, il y a une rivière parallèle au-dessus de moi et, de temps en temps, une porte s’ouvre et quelque chose descend vers moi; et là je dis oui ou non, j’avance ou je recule, je choisis de faire quelque chose. J’ai le libre choix de dire oui ou non.

C’est comme la médiumnité, j’aurais pu dire non. On a toujours le choix de dire oui ou non. D’ailleurs, pendant 10 ans, j’ai dit non à la canalisation qui est une des facettes de ma Mission de Vie. Pour découvrir ma Mission de Vie, j’ai appris à me choisir dans des circonstances parfois extrêmes: « Dire oui, quand tout autour dit non! » Lorsque j’ai choisi de retourner en Égypte, la deuxième fois, en 2001, pour rejoindre celui qui allait devenir mon second mari, je crois que toute la province de Québec était contre moi. J’ai appris à me découvrir et à être le plus « moi-même » possible. Tout cela, je ne le savais pas pendant que je le vivais. Sincèrement, c’est aujourd’hui, en écrivant, que je découvre que j’accomplis ma Mission de Vie. Pendant que je la découvrais, je ne le savais pas. Le plus intéressant, c’est que c’est loin d’être fini. Quand j’aurai débuté la prochaine étape, je vais me dire: « Mon Dieu, si j’avais su ça en 2011! » Plus je sais, moins je sais! Je n’ai pas vraiment d’idée sur ce qui s’en vient et je m’en porte très bien.

Quels points ont en commun les personnes qui se questionnent sur leur Mission de Vie?

Je dirais le manque de reconnaissance de soi, d’amour de soi. Elles ne comprennent pas que, si elles s’aiment davantage, si elles se réalisent, les gens qui les aiment vraiment vont les aimer davantage. Parfois c’est l’ego spirituel qui est mal placé: elles sont convaincues qu’elles sont revenues sur Terre pour accomplir une GROSSE mission! C’est une surévaluation de soi qui n’est pas meilleure qu’une dévaluation de soi. Certaines personnes refusent leur Mission de Vie, parce qu’elle leur semble tellement lourde. C’est souvent la peur qui les fait la refuser.

J’ajouterais aussi les points communs des personnes qui ont manifesté et réalisé leur Mission de Vie. Ces personnes ont toujours dit oui au moment des changements, lorsqu’elles rencontraient un déclencheur, une intersection, une passion, qui allumaient la joie, le soleil en elles. Elles ont dit oui, au moment des choix, des croisées, des intersections, des indices, et elle l’ont manifesté. Cela les a fait respirer, les a fait rayonner, comme un soleil. Elles sont passionnées, elles sont dans la joie. J’ai remarqué aussi que ces personnes ont une chose en commun: une fois qu’elles ont reçu, accepté, manifesté leur Mission de Vie, leur destinée, elles finissent toujours par redonner au centuple. Ce sont des philanthropes: elles créent des fondations, des organismes pour aider les gens.

Ne pas trouver sa Mission de Vie est-ce maintenir le voile?

Certaines personnes n’osent pas être qui elles sont vraiment. Parfois elles connaissent leur Mission de Vie mais elles la refusent. Elles ont peur de l’inconnu. Elles ont peur de laisser leur sécurité. Elles craignent d’être rejetées, de ne plus être aimées, de déplaire, d’être jugées. Elles ont peur d’être vues, connues, reconnues, de s’exposer. Si elles ont appris à se taire, elles craignent de parler, de s’exprimer, de dire leur vérité, etc.

Que suggères-tu aux personnes qui sont découragées de chercher?

D’abord, il faut vérifier si leurs attentes sont trop élevées. Si elles se comparent, elles se sentent écrasées. Les attentes trop élevées et la comparaison ne sont pas des stimuli pour la reconnaissance de soi. J’ai parfois des instants d’Illumination simplement en contemplant un arbre. Nul ne peut grandir à l’ombre d’un autre et pour grandir, il faut prendre sa place au soleil. Parfois, les gens se fient trop à la pensée magique du miracle. J’ai déjà rencontré des gens qui en étaient à leur trentième rencontre avec des médiums, espérant enfin que l’un d’eux leur dirait: « Tu deviendras guérisseur. Tu inventeras une méthode nouvelle et unique. Tu écriras des livres qui seront traduits en 67 langues et vendus à 432 millions d’exemplaires. Tu seras célèbre dans le monde entier. Tu seras riche. Le Pape et le Dalaï Lama te reconnaîtront. » Je n’ai jamais cherché ma Mission de Vie. J’ai vécu ce qu’il y avait à vivre au moment présent. Les portails s’ouvraient et j’accueillais ce qui arrivait. J’ai dégusté ma vie un jour à la fois. Je n’ai jamais lu sur le sujet.

Comment pouvons-nous avoir la certitude que nous sommes en train de réaliser notre Mission de Vie?

De deux façons : ou bien je suis habitée par la passion de la créativité, ou au contraire, je freine et je résiste. Par exemple, au début de mes canalisations, je m’enfermais dans mon bureau pour que personne ne le sache. J’interviewais des médiums, en tant que journaliste, ou je les assistais comme directeur de transe. Tout ça, pour éviter ma propre médiumnité. Il a fallu que mon second guide m’apparaisse pour que j’accepte ma médiumnité. Les indices peuvent être une grande passion ou une grande résistance.

Est-ce que nager avec les Dauphins fait partie de ta Mission de Vie?

Quand je nage avec les dauphins, je ne me pose pas de question sur ma Mission de Vie. Je plonge dans la Joie et la Liberté! Notre Mission de Vie, c’est de vivre l’instant présent. Les dauphins me l’ont appris. Je leur rend hommage dans mon livre: « Les Dauphins, ces Anges de la Mer ».

 

Jeannine Paradis est Enseignante et Coach en Développement personnel

jeannineparadis@videotron.ca  / www.jeannineparadis.biz

Sarah Diane Pomerleau.

www.samsarah.com / www.sarahdianepomerleau.alchymed.com

Livre : « Comment découvrir sa Mission de vie? »

Éditeur : Les Éditions ATMA internationales www.atma.ca

Distributeurs : Messageries ADP (Québec, Canada), Transat Diffusion (Suisse), DG Diffusion (France, Belgique)

La Respiration au service de la Vie

La première fois que j’ai entendu parler d’un travail puissant et profond sur la respiration, je vivais aux États-Unis. Une partie de moi fut attirée, une autre doutait : « Que pouvait bien m’apporter un travail sur le souffle puisque,  je respire même si je n’y pense pas ! »

 

Si nous savons que  la respiration est importante dans la vie, cela s’arrête bien souvent là, on ne va pas plus loin.

Pourquoi s’intéresser à notre respiration, puisque quoique nous fassions, nous respirons?

Cette évidence cache pourtant une autre réalité. Très vite, nous allons perdre notre respiration naturelle au profit d’une respiration contrôlée, limitée, superficielle, incomplète  ou pire encore inversée.  Cette façon de respirer devient habituelle et nous confondons ainsi : respiration habituelle et respiration naturelle. Ce n’est pas la même chose, ce n’est pas sans conséquence.

En effet, utiliser partiellement son potentiel respiratoire a des impacts au niveau : Physique – Mental – Emotionnel – Spirituel et entraine  des répercussions dans notre vie, dans nos interactions.

La Respiration Analytique est une approche psycho-soma-énergétique. Une de ses spécificités est d’établir la corrélation qui existe entre notre façon de respirer et notre façon de vivre, de percevoir, de réagir aux événements de la vie !

Le constat est clair et indéniable, notre façon de vivre, de penser conditionne notre respiration.

Donc lorsque nous limitons  notre respiration, nous limitons également notre ouverture à la vie !

La bonne nouvelle est que l’inverse est également vrai, notre façon de respirer va influencer, modifier notre façon de vivre.

La Respiration Analytique va au-delà des exercices classiques. En effet,  souvent lorsque nous faisons des exercices utilisant la respiration, nous utilisons notre  schéma respiratoire habituel et non notre respiration ouverte, libre et puissante !  Cette approche a pour objectif premier la réouverture des schémas respiratoires étriqués, fermés. En d’autres termes, permettre à celui qui le désire de retrouver sa respiration naturelle et cette connexion à soi et à la Vie.

Les bénéfices sont multiples et touchent tous les niveaux de notre être.

Cordialement,

Catherine Branne.

Présentation de Sarah Diane Pomerleau

Je suis en joie aujourd’hui de vous présenter une nouvelle rédactrice Sarah Diane Pomerleau.

Sarah est québecoise, auteur de livres à succès, thérapeute, animatrice d’ateliers et de voyages initiatiques. J’ai rencontré Sarah en décembre dernier. Elle est venue animer plusieurs ateliers dans le cadre d’Espace Équilibre. Ce fut pour moi une très belle rencontre tant sur le plan professionnel que sur le plan personnel. Pour le professionnel les outils qu’elle propose (entre autres,  la lecture de l’Aura ou la méthode Samsarah) sont extraordinaires de simplicité et d’efficacité. Pour le  personnel, j’ai rencontré une personne spontanée, joyeuse, épicurienne, aimant et croquant la vie à pleines dents. Nous avons vraiment passé de très bons moments. Bienvenue à Sarah dans notre équipe de rédacteurs ! Il était évident qu’elle avait sa place sur le blog Espace Équilibre, et c’est maintenant chose faite. Vous aurez le plaisir de lire Sarah tous les deux mois sur ce blog.

Elle sera de nouveau parmi nous à Espace Équilibre pour plusieurs ateliers et consultations individuelles, fin novembre 2012. (pour plus d’informations, consultez l’agenda des activités sur www.espace-equilibre.com)

Anne-Marie Goblet.

 

Bio de Sarah Diane Pomerleau

Durant la première moitié de sa vie, Sarah Diane Pomerleau a fait carrière dans divers milieux d’enseignement puis dans des entreprises privées et publiques et finalement au Ministère de la défense Nationale du Canada. Par la suite, elle a réorienté sa vie professionnelle en se consacrant à des études en psychothérapie. Elle exerce depuis 1988 deux métiers parallèles et complémentaires : conseillère et formatrice en développement personnel et auteure.

Auteure de plusieurs livres, elle anime depuis plus de 25 ans des conférences et des ateliers de développement personnel dans divers endroits de la planète. Engagée au niveau de la santé globale, elle est reconnue pour la création de La Méthode Samsarah, la Thérapie des Passages (samsarah.com), qu’elle enseigne dans plusieurs pays. Son travail est fondé sur la connaissance de l’inconscient, clé de transformation de nos malaises et du mal-être en bien-être.

Elle a créé et élaboré, depuis 1993, La Méthode Samsarah (md), la Thérapie des Passages, une Voie de Libération et d’Unification. Cette approche propose des techniques et des Rites de Passages pour accompagner les quatre grands Passages : la naissance, la vie, la mort et l’après-vie. Ces enseignements sont transmis au cours de formations pour thérapeutes, passeurs, intervenants de la santé et autres, un peu partout dans le monde. Les stages sont parfois jumelés à des voyages initiatiques sur des lieux sacrés de la Terre et/ou des voyages de nage avec les Dauphins et les Baleines en liberté.

Elle a fondé Le Centre Samsarah Inc., un centre d’enseignements, de soins énergétiques et de développement personnel : Développement personnel et Accompagnement des Passages (La Méthode Samsarah, la thérapie des Passages); Transmutation de soi par l’alchimie et le chamanisme contemporains (La Voie de l’Arbre-Totem-Obélisque); Croissance personnelle par l’Étude des rêves et la Psychologie de l’inconscient (selon la méthode de Carl Jung); Reprogrammation du code génétique et de l’ADN; Écriture créatrice et inspirée; Canalisation; Soins énergétiques; Libération du Corps physique par le mouvement corporel (Antigymnastique et Approche Globale du Corps); Lecture de l’Aura et Guérison énergétique. Elle est aussi Praticienne en Reconnexion (Méthode du Dr. Eric Pearl) diplômée depuis août 2007. Elle accompagne des Voyages initiatiques : Pérou, Mexique, Arizona, Égypte, Écosse, Utah, Europe, Grèce, etc. Depuis 1996, elle accompagne des personnes à nager avec les Dauphins en liberté aux Bahamas, à Hawaii et en Mer Rouge en Égypte.

La Solitude du Temps

La Solitude du Temps, n’est que le passage des secondes, des grains de sable dans le Sablier du Temps. La Solitude du Temps est le mouvement et la transformation de l’espace du temps et de la matrice originelle séquentielle; le momentum, l’heure idéale pour entrer en communication, en résonnance, avec l’Univers et le Grand TOUT. Prendre contact avec soi et Havona, le Centre de Tout, c’est prendre contact avec soi, à l’intérieur de soi.

Tout est régi par le Temps. Un temps de Sagesse, un temps de pause, un temps gastronomique, un temps humoristique, un temps d’amour et de tendresse… tout est un Temps. Les Seigneurs du Temps ne sont pas seulement le peuple Maya, vous êtes tous des Seigneurs du Temps. Vous êtes l’origine du Temps. L’ADN du Temps est votre ADN. Écoutez votre coeur, il sait où se trouve la vérité du Temps…

Vous êtes le Temps. Ne soyez plus esclave du Temps. Reprenez la place à l’intérieur du Temps. Vous êtes des Seigneurs du Temps, des Créateurs de Vie.

En Tous Temps vous êtes Créateurs de votre vie. Vous seuls avez en main les clefs de construire et de rénover (changer) votre monde, votre vie. Tout est là, entre vos mains. Ne l’oubliez jamais. Vous êtes Lumière. Vous êtes VIE. Vous êtes le prolongement dans la matière de la Source Centre Première, du Sans Nom. Tout le pouvoir créateur est en vous.

Donald Doan.

Blogue Lémuria-Atlantia

 

Les Essences de Vie

Il y a quelques années déjà, je suis passé par une librairie où j’ai découvert des huiles essentielles d’une marque très particulière, une marque dont la vibration et l’énergie étaient de loin supérieures à tout ce que j’avais pu toucher jusqu’alors. J’ai longuement senti et touché ces huiles. Soudainement, ma petite voix est venue me parler des huiles essentielles et des différents mélanges possibles pour obtenir des résultats optimums selon les différentes difficultés énergétiques et multidimensionnelles dont nous étions pour la plupart confrontés. J’ai compris beaucoup de choses ce jour-là.

D’abord, toutes les huiles ne se mélangent pas. Il ne suffit pas de lire les propriétés des huiles et d’effectuer des mélanges savants pour obtenir un résultat. Bien des mélanges ne donnent pas de résultats probants. Pourquoi? Simplement parce qu’il existe d’autres données à prendre en considération pour obtenir une synergie comme l’aspect multidimensionnel. Certaines plantes ne sont pas compatibles énergétiquement entre elles. C’est comme les épices, certains mélanges sont sublimes, d’autres n’offrent rien et finalement certains sont tout simplement à éviter!

Le mélange est donc un art. Un art ancestral qui se perd dans les dédales des millénaires. C’est à la découverte de cet art que je fus amené pour créer des Essences de Vie multidimensionnelle. Pourquoi des essences de vie? Lorsque nous parlons de multidimensionnalité, nous parlons de vie. Il est impossible de mettre ensemble des énergies inertes. L’énergie est vivante et intelligente tout comme les plantes. Aussi, par l’intervention des Devas de la Nature et par l’esprit des plantes concernées nous arrivons à mettre en place des mélanges aux propriétés spirituelles puissantes.

La présence des Dévas permet d’amener la synergie à travailler en collaboration avec votre énergie, celle de l’être, afin d’obtenir une intervention là où il est nécessaire et non là où nous le pensons… Il est donc possible de travailler et nettoyer la cause du problème physique ou énergétique ou même dimensionnelle!

La première Essence de Vie que j’ai reçue est celle de Métatron. J’ai reçu par inspiration l’idée de mélanger de l’épinette bleue avec de la salsepareille pour non seulement stimuler le thymus et le système immunitaire, mais aussi pour réparer ou améliorer le contact avec notre espace sacré, chakra qui nous permet d’être en communion avec notre Je Suis, notre corps et tout notre être. C’est dans l’espace sacré que nous pouvons entendre notre intuition. Ce petit chakra situé près du coeur est donc très important. De plus, cette essence travaille à remettre sur pied les chakras de la gorge, du 3e oeil et surtout le coronale.

Aujourd’hui, j’ai réussi à manifester une douzaine d’Essence de Vie différente en passant du travail avec l’enfant intérieur, de la transformation de l’égo, de la transmutation des blessures profondes du coeur, de l’équilibre masculin/féminin, de l’ouverture du 3e oeil et du coeur à l’unité personnalité/Je Suis/Âme/Monade dans la matière (corps physique). Il y a plusieurs possibilités voire infini. Dernièrement, les Guides m’ont demandé de manifester une synergie dans le but de faciliter l’ouverture du coeur et l’intégration des énergies de 2012.

Chaque Essence de Vie est créée en collaboration avec la Terre-Mère Gaïa, les Élémentaux, les Devas des plantes et les Guides. Cette collaboration précieuse apporte une dimension toute nouvelle à nos vies. Il est maintenant possible de travailler en douceur des blocages qui autrement étaient difficile d’accès.

La méthode est simple, car tout dans l’univers est simple. Il suffit de respirer le parfum des synergies pour obtenir les bienfaits des Essences de Vie. Aussi, déposer une goutte à un endroit du corps permet une action plus précise avec les corps inférieurs et supérieurs; porter la vibration de la synergie sur le corps est aussi une excellente façon de travailler avec les énergies. L’important est d’écouter son coeur et son corps.

L’Essence de Vie Gaïa aide à travailler l’ancrage. Cette synergie n’est pas seulement un palliatif au manque d’ancrage, mais aide avec le temps à nettoyer et à découvrir avec vous la solution permanente liée aux chakras concernés. Les mémoires physiques ou multidimensionnelles sont touchées par le travail de cette synergie. Melchisédeck est aussi un puissant mélange pour l’alignement de la colonne de lumière, l’ouverture du 3e oeil ainsi que trouver l’équilibre dans nos vies par davantage de rigueur et de rectitude. L’énergie de ce Maître est dans chacune des petites bouteilles, car il est venu superviser la création de cette synergie.

Toutes les Essences de Vie sont vivantes et toutes sont venues avec la collaboration d’un Guide ou d’un Maître en particulier. Ce sont des synergies puissantes à découvrir.

J’ai mis longtemps avant de les commercialiser. La puissance et l’efficacité des ces Essences de Vie ont séduit d’abord mon entourage puis cela s’étend chaque jour un peu plus loin. Aucune publicité. Les Dévas et l’Univers s’occupent de tout. En sommes, ces Essences de Vie ont leurs chemins propres.

Donald Doan.

Pour plus D’INFOrmations : http://doanvitae.biz/

 

Fleurs de Bach – Quel sens donner à ma vie ?

Actuellement, nous remarquons de plus en plus un désir de réorienter sa vie professionnelle, un mal être dans le monde du travail,… Aucun secteur n’est épargné : mauvaise ambiance, pression, stress, de plus en plus de personnes sont insatisfaites de leur vie professionnelle, ce qui les conduit soit à un mal être qui pourra déboucher sur un burn out ou une dépression soit à une envie de changer, de quitter son emploi pour faire quelque chose de radicalement différent.

Nous sommes de plus en plus face à un rejet du travail tel qu’il se présente aujourd’hui. L’Ere du Verseau et l’approche de 2012 ont certainement une grande incidence sur ce qui semble être le début d’une mutation de l’être humain vis-à-vis de sa vie professionnelle.

L’insatisfaction ressentie donne envie de se réorienter, de se réapproprier sa vie, de lui donner un sens plus en accord avec ses aspirations profondes.

Donner un sens à sa vie, c’est ce que je rencontre le plus souvent lors de mes consultations Fleurs de Bach.

Pour cela, la Fleur de Bach Wild Oat peut être d’un grand secours ainsi que celle du Larch qui renforce la confiance en ses capacités, la confiance en soi.

Lorsque nous nous promenons dans les bois, nous ressentons de l’apaisement. Nous sommes bien dans la nature et nous savons que la nature est bonne pour nous.

Ce que le Docteur Bach a découvert dans les années 30, c’est que les plantes peuvent changer les émotions qui passent alors de leur pôle négatif vers leur pôle positif. Il a progressivement trouvé 38 plantes qui correspondent à 38 émotions.

Ces plantes seront transformées en remèdes par macération solaire (procédé qu’il a inventé).

Ces remèdes peuvent être utilisés à tout âge, y compris durant la grossesse.

Les animaux ne sont pas oubliés non plus, les vétérinaires sont de plus en plus nombreux à y avoir recours.

En regardant les propriétés des différentes Fleurs de Bach, vous allez certainement vous dire « celle-là est vraiment pour moi ». Chacun se reconnaît dans les Fleurs de Bach.

La solution la plus efficace est généralement l’utilisation d’une synergie de plusieurs Fleurs de Bach car nous sommes aussi « un mélange d’émotions » même si une émotion nous paraît parfois vraiment prédominante.

Nous pourrons les découvrir ensemble au fil des articles.

A bientôt…

Christine Malvaux.

Les Sô – Une belle énergie !

L’énergie des Sô est une belle énergie, simple, fluide et agréable. De quoi parle-t-on? De l’énergie d’amour inconditionnel. D’une énergie spécifique et puissante, d’un outil d’évolution et surtout, d’un «accompagnateur» sur notre route.

Les Sô signifient : Sceaux de Vie. Cela veut dire que l’énergie est vivante et qu’elle travaille en chacun selon l’Intelligence de la VIe. Les Sô sont des condensés d’énergie visant à rétablir dans l’être un équilibre selon les directives de l’être (de son « Je suis », de son âme, des corps et des Guides). L’énergie circule en chacun et pour cela une collaboration entre tous les intervenants est nécessaire. Qui sont ces «intervenants»? Le « Je Suis », l’âme, les corps et les éléments.

C’est par l’apparition d’une autre énergie vivante qui a l’intelligence d’observer et d’ajuster son intervention avec la collaboration de tous les intervenants que le Sô peut agir avec une efficacité remarquable. Chaque Sô est associé à une énergie spécifique ainsi qu’un Maître spécifique, nous incluons ici les Archanges, le Grand Soleil Central, Shamballah. C’est donc grâce à ces Maîtres que le Sô peut agir avec vivacité et intelligence. Bien sûr, l’énergie est intelligente et elle sait ce qu’elle doit faire, et avec les Sô, un Maître supervise. De cette manière, cela simplifie l’appel de l’énergie et sa manifestation. Inutile d’utiliser des rituels compliqués! Les Sô sont simplicité.

La force des Sceaux de Vie est leur simplicité. Il est facile d’appeler ces énergies et de recevoir une dose puissante d’énergie d’harmonisation, d’équilibre et de guérison dans tous les corps. De plus, cette puissance se situe à un niveau multidimensionnel. Cela signifie que l’énergie va au-delà de cette vie, de cette incarnation pour toucher les vies passées, parallèles, futures et dimensionnelles.

Les Sô sont des outils d’évolution, car Ils rétablissent la fluidité, l’harmonie et l’équilibre dans toutes les sphères de nos vies : relations, santé, spiritualité, mentale, émotionnelle, matérielle, professionnelle, etc. Aussi, les Sô interviennent sur les animaux, les minéraux et les végétaux. Tout dans la Création peut recevoir l’énergie des Sô.

Les Sô sont vivants. Les Sô connaissent ce qu’Ils doivent faire, quand, comment, pourquoi et combien de temps. Pour bien les utiliser, suivez votre intuition, votre coeur. Le coeur sait toujours. Encore, il n’est pas possible d’utiliser ces énergies à mauvais escient. Impossible de blesser une autre personne par un rayon d’amour aussi puissant et intelligent. Les Sô, grâce au Maître qui Lui est associé, possèdent une conscience. Il est donc impossible de se faire ou de faire du mal par leur intermédiaire.

Est-ce l’outil idéal d’évolution? Je ne sais pas. Je sais seulement que le Prince Planétaire et tout Shamballah nous offrent une boite à outils puissante, facile et efficace. Il vous faut simplement regarder et tester. Si cela vous parle et que vous obtenez des résultats satisfaisants, alors les Sô sont peut-être pour vous. Il existe une multitude d’outils selon ce qui nous correspond. Les Sô sont des outils que je vous conseille fortement d’essayer. J’enseigne les Sô depuis des années. J’ai coécrit le livre «Sô : Sceaux de Vie» aux Éditions des 3 Monts et je peux vous dire qu’il s’agit d’un cadeau merveilleux par leur simplicité, leur puissance et leur efficacité. Prenez le livre et la vibration est là! Prenez une carte et vous sentirez toute sa puissance.

Source d’amour et de vie, les Sô sont une ouverture dans la conscience de l’être, une graine de vie qui guide chacun sur sa route et sa recherche de vérité, de paix, d’unité et d’authenticité. Les Sô amènent une plus grande communication avec l’Univers et sa propre essence divine, sa petite voix… et crée une nouvelle lumière en chacun permettant de rayonner davantage de lumière et d’attirer à soi une plus grande compréhension ainsi qu’une plus grande liberté, harmonie et bien-être dans sa vie. L’énergie des Sô est une invitation à vivre et à grandir.
Je suis celui qui transmet ces énergies, le messager.

Donald Doan.

DONALD DOAN DONNERA UNE CONFérence sur la médecine arcturienne ce 29-9-2011 à Petit-Rechain. Lors de cet évènement, donald partagera également avec nous une transmission (canalisation) avec certaines énergies angéliques et maîtres de lumière.

(réservation et infos sur le site ESPACE-EQUILIBRE.COM)