Chamanisme, un chemin de vie

« Je crois que nous sommes l’esprit de dieu et que dieu est en tout ce qui vit.

Pour comprendre le concept du peuple natif, vous devez redéfinir la médecine. La médicine est tout ce qui améliore votre connexion avec l’Esprit de Dieu, avec le Grand Mystère de la vie et avec toute la Vie elle-même. » Lin Ekstam

Le Chamane en culture tribale est la personne qui voit le monde sacré. Au travers de rituels, le Chamane amène des visions des anciens, esprits et animaux de pouvoir. Par ce procédé ritualistique, ressemblant à une prière, image et art, le Chamane se guéri, ainsi que les autres et la terre. Ayant des visions de guérison et pratiquant des rituels sacrés, le chamane fait que ses visions deviennent réalité. Le chamane manifeste la réalité du monde visionnaire dans le monde extérieur. C’est ainsi que le créateur fit toute chose. Nous sommes tous la vision du créateur.

Pour devenir Chamane ou Pajé, il faut naître avec du pouvoir, en hériter ou le recevoir par transmission directe. Alors arrive l’appelé. La majorité des Guérisseurs descendent de parents, grands parents, arrières ou arrières-arrières grands-parents guérisseurs. On en conclu que le pouvoir et la structure psychique pour cela est transmise génétiquement. Mais naître avec ce don ne suffit pas pour convertir un possesseur en Guérisseur Natif. Personne ne se réveille un jour en disant :  » Aujourd’hui je serai un Chamane », ça ne se passe pas comme ça, le chemin est très escarpés. Il existe des étapes cosmiques prédéfinies ou l’on apprend à developper ces dons ou à les préparer. Ces études diffèrent grandement des études et pratiques des hommes blancs.

Il est nécessaire de vaincre tous les tests et épreuves. Souvent, exclusivement au moyen de la douleur, de la souffrance, de la maladie et de sa propre  mort. C’est à travers elle que le guérisseur gagne l’accès à l’univers des réalités extraordinaires. Cet apprentissage peut prendre des années, voir des décénies selon la tradition et en fonction de l’objectif visé. A mon sens , les Chamanes sont une espèce en voix d’extinction, dans beaucoup de tribus, son rôle et sa fonction n’existent plus. Comme le site fantastiquement Alix de Monval dans son livre « Le chamanisme » un « fakir, tireur de sort, mage, guerisseur, prêtre-devin, poète, sorcier de dieu? Le Chaman est tout cela. Mais un guérisseur indigène ou australien n’est pas nécessairement un Chamane… marcher sur des braises, tuer à distance, immoler des animaux, prédire le futur ou voler en rêve, rien de tout cela ne signifie être un chamane. Affirmer cela serait aussi absurde que de dire que frapper sur un clou c’est être mercenaire.

Qu’est-ce alors que le Chamane? C’est l’espace autour du clou, c’est la petite ombre qui court dans l’herbe, c’est le regard de feu du coyote au milieu de la nuit… »

« Mère-Terre Sacrée, les arbres et la nature, sont témoins de tes desseins et de tes bien-faits » Proverbe Winnebago

Aujourd’hui les débutants ne veulent plus attendre pour conquérir et avoir leur mérite auprès des ancêtres. Beaucoup ne veulent plus rien savoir de ces vieux codes; d’autres sont attirés par l’énorme croissance de cette coutume primitive qui fait d’une certaine façon grandir l’ancien feu. En conséquence, nous vivons une ère de conquêtes rapides où les vieux codes éthiques des apprentissages chamanes ne semblent plus trouver leur place (de mon point de vue, comment peut-on rallier tel pouvoir, si de patience nous n’avons point.) nous recueillons l’héritage des vieux chamanes que d’aucuns vécurent ici, mais leurs codes éthiques, morales, familiales, amitié, loyauté et engagement sont-ils restés dans le passé? Je ne crois pas.

Normalement quand les apprentis commencent les études d’une tradition déterminée, ils doivent oublier l’ancienne sans quoi, ils seront liés à d’anciens conceptes. Cet apprentissage peut prendre deux ans, voir des décenies. Normalement, chaque tradition a sa façon spécifique de pratiquer des  cérémonies. Il y a ici une attention spécial à ne pas mélanger les traditions cérémoniales, en effet cela finirait par dénaturer son fondement Chamanique. Pour la cérémonie de Médecine Sweet lodge (Tente de sudation) cela peut eller jusqu’à 20 ans pour que la personne soit réellement préparée.    » Peu importe ce qui se fait, ce qui importe est comment cela se fait »

« Nos pouvoirs proviennent de nos affinités avec la nature, qui est notre conseillère et notre alliée… Nous sommes les gardiens de la Terre , nous possédons la connaissance millénaire.. » (Charles Thom-Guérisseur et Maître-de-cérémonie Karuk)

 

Foto ghost Dance

Le mode de vie natif dit qu’à chaque lever du jour et tous les soirs avant de dormir nous devons remercier  pour notre vie et pour la vie sur la planète. Traiter tout le monde avec respect. Et spécialement les ancêtres, parents et professeur. Ne jamais parler de façon indélicate à d’autres personnes. Ne rien toucher qui appartienne à quelqu’un d’autre. Respecter la privacité de tout le monde. Ne jamais circuler entre des personnes qui conversent. Ne jamais interrompre la conversation ou la prière d’autres personnes.Parler à voix basse. Ne jamais prendre la parole à moins d’y être convié. Ne pas parler des autres de façon négative. Traiter la Terre comme notre Mère. Respecter les croyances d’autrui. Ecouter avec courtoisie lorsque les autres  parlent. Respecter le savoir des autres cérémonies. Honorer l’apprentissage.

Les Chamanes sont souvent appelés « Guérisseurs blessés », et cela fait partie de ce qui est nécessaire au processus d’initiation , « Se guérir soi-même. » Nous sommes d’une certaine façon les blessés, et nous sommes capables de monter à un niveau cantique, au travers de pratiques chamaniques.

Tout comme dans le passé, le Chamane moderne, si je puis dire, doit être un exemple pour la société. Un voyant prudent, avec une éthique morale et respect de la nature. Ainsi plutôt que de voir le Chamane comme un vestige du monde sauvage et primitif , il est, en vérité, le précurseur de l’évolution future de l’humanité.

Aujourd’hui nous avons besoin de voyants , individus qui peuvent présentir un futur possible, même dans les grandes entreprises. Pas le futur probable de pollution, holocauste nucléaire, manque d’énergie mais bien ce qui est possible pour notre évolution et croissance.

Alberto Villoldo, PHD parle dans une interwieuw, de regarder la Terre comme étant une seule communauté, avec la conscience que tout est sacré.; les arbres,les fleuves , les montagnes, les gorges, ainsi que l’espace sidéral. Que nous pouvons communier et avoir accès au tout sans être en dehors de la force de vie, séparés de nos propres pouvoirs personnels. Le mot « animisme » est un mot intéressant. Animisme vient de anima, l’âme, le féminin, et évoque un temps où le monde était enchanté.Quand arbres et nuages avaient un esprit et que vous pouviez leur parler, dialoguer et interagir. De par la révolution scientifique et l’éducation que nous avons reçue, nous avons créé un monde qui n’est plus désormais enchanté, cela pour échapper à nos peurs et pouvoirs psychiques, au lieu de s’y confronter, chose qui est véritablement un acte chamanique. Le cerveau humain s’est déplacé vers un lieu où nous n’avons plus besoin des superstitions de nos ailleux. Avant il y avait un grande peur à laquelle nous fûmes exposés. Nous sommes maintenant disposés à reconnaître la magie de la planète et nos propres vies.

Donc, le travail ici consiste à regarder ces traditions, non pas avec les lentilles de notre culture, mais bien avec une réalité où quoi que ce soit est possible. Et tout est possible.

« Tout ce que vous ferez à l’autre se répercutera sur vous. Nous sommes tous liés »

Souvent nous regardons nos amis animaux seulement comme des fournisseurs de nourriture et des occupations. Nous les tenons pour les caresser. nous les visitons dans les parcs ou les zoos, et les insectes souvent nous les voyons comme des nuisances. Si nous prenons le temps de nous demander pourquoi ils sont à nos cotés,pourquoi existent les quadrupèdes, les rampants, frères et soeurs nageurs, comment ils vivent, comme ils s’adaptent et survivent, nous pouvons appliquer ces leçons à nos vies. Cela est grandement bénéfique pour nous.

Le bison est considéré par beaucoup de tribus comme le symbole de l’abondance, sa chair alimentait les gens, les peaux étaient  utilisées pour couvrir et vêtir, les os et les tendons entraient dans la fabrication d’outils de survie. En accord avec la tradition de Lakota, Femme de Bison Blanc donna la Pipe Sacrée, abondance prometteuse, à condition de prier Au Grand Esprit et d’honorer toutes ses relations, à savoir toutes les autres créations de la nature. Les plumes d’aigles sont dans le monde entier et sont utilisées comme instruments de cérémonies. Elles sont considérées comme outils de guérison mais sacrées, elles sont un symbole de pouvoir, de cure et de savoir. L’aigle représente un état de grace qui est atteint par un travail interne, compréhension  des tests d’initiation qui sont le résultat de notre pouvoir personnel. Généralement, pour obtenir une plume d’aigle, il faut faire en sorte de la mériter, faire quelque chose d’honorable pour la société ou la tribu, quelque chose de grandiose et respectable.

Le Loup se souvient qu’il vous doit sa loyauté , pour sa propre vérité. Il se souvient qu’en respectant et en se créditant, vous serez en mesure de donner quelque chose véritablement.

Une recherche scientifique a démontré que le papillon est le seul être vivant capable de changer complètement sa structure génétique durant le processus de transformation: l’ADN de la chenille est complètement différent de celui du papillon. Ainsi, il est le symbole de la transformation totale.

Losque nous étudions le chamanisme, nous étudions un système de reconnaissance qui précède tout le conditionnement familiale, social et culturel. Nous retournons à un système simple et directe de compréhension du monde, sans théologie ou dogmes. Au contraire des humains primitifs, vous avez l’avantage des incroyables découvertes de la physique et de la biochimie pour évaluer votre expérience.

Pour un chamane, l’imagination implique bien plus qu’une activité cérébrale. Véhicule vital et essentiel, l’imagination nous lie au pouvoir et à l’esprit de toutes choses. Probablement avez-vous déjà entendu dire que vos croyances vous limitent et que vous ne pouvez avoir que ce que vous croyez être capable d’avoir. Le chamane élève le nivau de la personne en avoir, en faire et en être. La capacité d’imaginer élève notre capacité d’avoir, de renforcer et d’étendre l’imagination. Cela requière exercices et temps.

En Amérique du nord, le chamanisme apparait avec les « Peaux-rouges » venus d’Asie il y a quelques millénaires, étant ainsi les premières peuplades des Etats unis et du Canada.

Parmi les différentes pratiques et traditions, le natif américains a toujours été en contact directe avec ses croyances et divinités, générant ainsi un ensemble de pratiques religieuses. Entre autres relevons le Sweet Lodge (tente de sudation) et la cérémonie da tipi (Tente native).

Les lois du créateur étaient normalement enseignées et réaffirmées par les Peuples Natifs en rituels, dance sacrées et cérémonies en Tipy. Souvent, les peuples natifs se servaient des Chambres de Vapeur ou Tente de Sudation pour purifier le mental, le corps et l’âme. Cette cérémonie amène un contacte directe avec les forces naturelles qui nous maintiennent en vie; l’eau, le feu, la terre et l’air. Avec ces éléments, nous, êtres humains sommes structurés pour vivre en harmonie. Il y a deux éléments personnels et essentiels pour que tout être humain atteigne l’intégrité et, parvenu au centre, ces deux éléments sont trouvés.

Père Ciel et Mère Terre. La Sweet Lodge permet ce contacte.

La Sweet Lodge (Tente de Sudation) est une cérémonie de purification, beaucoup utilisée avant de grands évènements, des cérémonies importantes et pour la cure, ayant pour symbolisme la connection avec le féminin et la Mère Terre.

La cérémonie de médecine en tipies (tente native) a comencé plus ou moins en 1870, avec le contacte entre les américains du nord et les mexicains, aidant ainsi à répendre au nord cette cérémonie.

Ce fut durant cette période de temps que les derniers indiens libres des plaines furent regroupés dans les réserves. Le peu d’indiens qui avaient survécu au caho des hommes blancs, mourraient de faims et n’avaient absolument  aucune espérance, aucun futur. Ils étaient totalement à la merci des opresseurs. Comme des esclaves indésirés sur leurs propres terres.

Les Cheyennes commencèrent à utiliser la médecine native dans des cérémonies du Tipi à la fin de 1800. En 1884 ils furent visités par Quananh Parker ( un bâtardchef Comanche) qui réalisa beaucoup de cérémonies pour eux.Durant cette même année ou un peu plus tard, Leonard Tylor et John Turtle (cheyenne)  irent sur les terres de Kiowa et aprirent les cérémonies à leur façon. Bien des années plus tard, surgi la première native américaine Church, qui rejoigna plusieurs tribus, ayant pour lieu de cérémonie les tipies. Cette cérémonie se distingua pour son utilisation de  prières, de chansons et pour répandre la paix. Actuellement, quelques chefs maintiennent cette cérémonie vivante. Dans la tradition cheyenne, c’est Road Man Nelson Turtle.

Tony Paixào.

Nos pièces de vie nous racontent quoi ? Avant d’être les notres ?

Quand on me demande parfois « Tu y crois toi, au Feng Shui ? » je ne suis bien entendu plus à convaincre tans les retours des maisons ou appartements que j’ai expertisés sont porteurs de changements, de prises de conscience dans la vie de chaque personne. Et cela n’est que logique, logique toute naturelle qu’un consultant sait doser, comme un chef d’orchestre sait mener le tempo de tous les instruments. Chacun sa place, chacun son moment.

A cela je réponds deux choses : La première est qu’il ne s’agit pas de croire ou de ne pas croire, ( les croyances nous en sommes remplis ! ) mais seulement de faire l’expérience. Voilà autre chose ! Que ce soit dans n’importe quel domaine, quel qu’en soit le support nous ne faisons que des expériences. Il faut se laisser tenter, se laisser aller, oser par curiosité, par goût ou par intérêt ou encore par ‘hasard’…

La deuxième est que répondre : « non je n’y crois pas ! », c’est comme dire de la nature : « je ne crois pas en ses bienfaits, je ne crois pas dans les saisons, je ne crois pas dans l’énergie renouvelante du printemps, de la joie de vivre que donne le soleil…je ne crois pas en cette bonne vitamine C qui me requinque en hiver, je ne crois pas en cette eau qui m’aide à me délasser et à lâcher prise… »

A mon sens,  le Feng Shui c’est ça ! Cela reste mon expérience mais je la partage.

Quoi ? ça ? Et bien ! Ramener dans nos intérieurs et nos pièces de vie : hall, salon, cuisine, chambre, salle de bain, bureau,… la bonne synergie des rythmes naturels et constructifs de la nature.

Observez la nature…elle se laisse faire, elle se laisse conduire par quelque chose qui la rend plus majestueuse de saison en saison, elle écoute le rythme du nord quand vient l’hiver, celui de l’est quand vient le printemps…ah le printemps… nous y sommes au printemps tant attendu…la nature éclate de beauté et de générosité et de renouveau. Qui n’expérimente pas cela ? Qui ne respire pas cela ? Qui ne voit pas cela ? Tout le monde sans exception.

Que faire de cela chez nous ? La même chose. On peut recevoir via nos pièces et leurs orientations cardinales et vibratoires un rythme tout particulier qu’ils s’agit d’accueillir, de vivre et de comprendre comment il peut nous influencer…jour après jour.

Les empereurs de Chine quand il construisaient leurs palais, les plaçait sous les bonnes influences du site : topographie du terrain et créait aussi quatre ‘sous palais’, chacun orienté dans une direction : le sud- l’été, l’automne – l’ouest, le nord- l’hiver, le printemps- l’est. Il se déplaçait ainsi dans la partie du palais en phase avec la saison et les énergies qu’elle véhiculait. Juste endroit, juste moment, juste énergie.

Pour nous, point de palais ! mais des pièces…dont on ne peut changer l’orientation.  Inévitablement, un salon au nord ou un salon au sud draineront des vibrations très différentes, voir opposées dans ce cas précis. Ou chacune a son mot à dire…Lequel ?

Dans celle du SUD, c’est la joie, la spontanéité, l’envie de conquérir et de s’ouvrir à de multiples rencontres, on est tout feu tout flamme. C’est aussi de la démesure, on dit oui à tout plus facilement. On aime la fête.

Dans celle du NORD  une tendance au repli sur soi, à une forme de constance dans les relations, une sécurité. Ou encore  une certaine difficulté à aller de l’avant pour inviter, sortir, ou alors au prix d’efforts. Une position qui soit convient, soit frustre avec le temps, si par exemple vient de déménager et que l’on projette de se faire de nouveaux amis 😉

Que faire ? D’abord accueillir l’ESPRIT du NORD par exemple,  qui vient nous montrer et nous apprendre quelque chose sur nos relations, notre façon de fonctionner, est-ce une tendance mise à jour ? Qui a pris le dessus avant l’autre ? Vous qui vous installez…? Ou la maison qui vous accueille pour faire une expérience du NORD fortifiante… ? Ou encore même le NORD qui vous chuchote à travers sa lumière quelque chose que vous ignorez ou cachez… ?   Quel aspect de vie a besoin d’être recentré et l’autre dynamisé ?

C’est ainsi que vont et viennent les ESPRITS de la nature, les ALLIES. Que le Feng Shui décrypte de façon naturelle tout ce qui  s’inscrit dans un rythme. Chaque maison a donc son propre rythme. Chaque pièce sa personnalité, sa note, et c’est elle qui mène la danse.

Le Feng Shui veillera a un équilibre de cette personnalité, comme un enfant, comme une adulte, NI TROP, NI TROP PEU.

Le Feng Shui use alors  d’un  juste choix  de couleurs sur les murs pour relancer le mouvement, pour amener à la SAISON  suivante en douceur, (on ne peut pas tirer sur les carottes pour les faire pousser plus vite ! ) pour créer un DECOR ou l’on peut se fondre tranquillement assuré de renouveau, d’un mouvement idéal et porteur pour toute la famille.

Le Feng Shui c’est bien plus qu’un aquarium ou qu’une fontaine disposé en zone abondance, ou qu’une statue de couple dans une zone amour. Ceci n’est qu’une conséquence visible de son application, utile bien entendu…mais derrière, au cœur de chaque chose et de chaque objet se cache un trésor, une porte vers un rythme que l’on oublie et qui nous parle au travers des éléments, faits pour briller, rassembler, récolter, se recentrer, s’intérioriser, lâcher, rêver, croitre, renaitre, s’expanser NATURELLEMENT.

A bientôt…

Cécile Maire.