Manger consciemment et intuitivement

L’alimentation énergétique en hiver

Manger consciemment et intuitivement signifie manger pour satisfaire les besoins correspondant aux cinq niveaux du corps: physique, émotionnel, mental, spirituel et énergétique. Plus précisement, c’est manger en tenant compte de trois aspects: les connaissances scientifiques actuelles, les connaissances de nos “grand-mères” et
être à l’écoute de son propre corps.

Les connaissances scientifiques actuelles concernent les fonctionnements biochimiques du corps. Ici on parle de nutriments, tel que les macromolécules (protéines, glucides, lipides), les vitamines (A, B’s, D, K,…), les minéraux (calcium, magnésium, zinc …), les oligoéléments ( manganèse, cuivre, bore,…), les antioxydants (flavonoïdes, ubichinones,…), et les enzymes, entre autres. Le domaine de la nutrition est d’une complexité passionnante ! Il y a des “règles” de base applicables à chaque personne. Puis en combinant la nutrition à la nutrithérapie et à la médecine orthomoléculaire, on peut soutenir le corps dans ses difficultés et combler les carences individuelles.

Les connaissances de nos “grand-mères” sont acquises en observant la nature, ses “lois” et leur impact sur l’homme en tant que “matière énergétique”. Depuis des millenaires, des médecines se sont développées selon ses lois de la nature. Parmie celles-ci se trouvent l’Ayurveda, la médecine tibétaine, la médecine chinoise, entre autres. Un point commun de ces modes de thérapie est qu’elles considèrent toutes que l’homme et la nature sont faits d’énergie. On ne parle ici ni d’électron ni de proton mais plutôt de yin, de yang, de chaleur, de sécheresse, des cinq saveurs, des saisons, des trois “types”, de Vata, Pitta et de Kapha, etc !

La richesse du savoir transmis par nos ancêtres profite à notre alimentation énergétique quotidienne.

En médecine énergetique, chaque saison correspond à des organes précis et à un élément précis: Bois, Feu, Terre, Métal, ou Eau. En hiver, ce sont les reins, la vessie et le système nerveux. Les organes sont plus actifs et plus fragiles et ont donc besoin d’être soutenus. Idealement vous choississez des aliments qui peuvent aider à fortifier ces organes.

Vous pouvez manger un peu plus salé qu’habituellement (attention à l’hypertension et à d’autres troubles de santé pour lesquels le sel est contraindiqué). Le sel et les aliments de goût sâlé soutiennent le fonctionnement des reins et de la vessie. Ces aliments ont un effet adoucissant sur ces organes et amènent de l’humidité et du calme au corps. Malgré qu’Ils sont plus adaptés aux personnes minces, sèches et nerveuses il est également important pour toutes autres personnes de soutenir l’élément Eau.

Les aliments qui renforcent l’élément Eau, en général, sont les suivants:

  • légumes: asperge, bette rave rouge, racine de bardane
  • fruits: framboise, framboise noir, melon, mûre noir, myrtille, raisin blanc et rouge
  • légumineuses: adzuki, haricot noir, lentille noir
  • algues: arame, dulse, hijiki, kombu, mousse d’Irlande, nori, varech, wakame
  • oléagineux: maronnier, graine de sésame noir
  • céréales: orge, sarrasin, riz sauvage
  • poisson/crustacés: poissons bleus, caviar, huitre, moule, palourde, pétoncle
  • autre: gomasio, miso, umeboshi, tamari

En hiver, il est bénéfique de manger les aliments de saison de cette liste et de les accompagner d’une varieté d’aliments qui soutiennent déjà l’élément Bois du printemps tel que: artichaut, avocat, carotte, chou frisé, chou de Savoie, luzerne, poireau, citron, pamplemousse, seigle, lentilles vertes et haricot mungo.

Bien sûr, chaque personne est unique et un individu. Pour traiter un trouble de santé, il est nécessaire de consulter un spécialiste en nutrition.

Gudrun Scholler.

En forme pour l’hiver grâce à une alimentation appropriée

A l’entré de l’hiver, beaucoup d’adultes se plaignent d’un manque d’énergie, d’une difficulté de concentration, voire d’épuisement. La fatigue, particulièrement présente en hiver, peut non seulement être due au stress quotidien, à un manque d’activités sportives, à un sommeil perturbé mais aussi à une alimentation inappropriée.

L’alimentation “moderne” contient souvent trop de graisses, des mauvaises graisses, des glucides raffinés et trop peu de glucides complets, de fruits et de légumes.  A long terme, ceci mène à une carence en nutriments, par exemple, le chrome, le fer, les b-vitamines, le zinc, le magnésium. Une longue fatigue et le stress peuvent avoir des répercussions importantes sur la santé, par exemple, une déficience du système immunitaire, des maux de tête de tension, des inflammations intestinales, un état dépressif, trop ou trop peu de tension, le syndrome prémenstruel, etc.

Au contraire, une alimentation équilibrée et nourrissante peut aider à prévenir un manque d’énergie et même gérer le stress.

Mes conseils : mangez 1 à 2 fois par jour des légumes crus, 1 à 2 fois des légumes cuits et ou du potage,  2 à 4 fruits, 1 à 3 portions de glucides complets, suffisamment de protéines apportées par les légumineuses, les oeufs, et les poissons, diminuez la quantité de graisses saturées (fromages, viandes), et ajoutez des graisses omégas-3 végétales comme les noix, les graines de lin et leurs huiles, si possible de qualité bio.  Si nécessaire, faites faire une prise de sang et montrez-la à votre nutritionniste pour être sûr que tout est en ordre.

Gudrun Scholler.

Plus d’infos : www.gudrun-scholler.be

Le poids des émotions

Qui ne s’est jamais senti impuissant face à son poids ou à ses courbes, désespéré par ce corps qui ne réagit pas dans le sens attendu aux efforts de conduite et aux privations plus ou moins draconniennes auxquelles on l’a soumis?

Quelles sont donc les lois mystérieuses et apparemment partiales qui régissent nos métabolismes et autres carburateurs intimes?

Comment s’y prendre, lorsqu’on a usé toutes ses cartouches de volonté et abusé des régimes et autres stratégies coercitives ?

Et si l’on oubliait de considérer l’essentiel : que tout ne se joue pas uniquement dans notre assiette!

Il est indéniable que notre poids résulte d’une équation simple et reflète la différence
entre entrées (apports alimentaires) et sorties (dépenses métaboliques et physiques).
Cette équation cependant se complique lorsqu’interviennent deux facteurs de
perturbation: certaines molécules chimiques (médicaments) et certaines hormones
(hormones sexuelles, hormone thyroïdienne, cortisol, adrénaline…). Or nos circuits hormonaux sont en étroite corrélation avec nos émotions. Stress, tristesse, colère, insatisfaction, culpabilité non seulement interfèrent avec les circuits hormonaux mais induisient des comportements alimentaires inadéquats (voire déviants).

En quoi sont-ils inadéquats?
En cela qu’ils n’apportent pas une réponse juste et appropriée à notre besoin!
Manger lorqu’on est tendu, en colère ou fatigué se substitue à la réponse adéquate qui
serait se détendre, se calmer ou se reposer. Dès lors, se préoccuper du contenu quantitatif et qualitatif de notre assiette, tout en ignorant le contexte émotionnel qui nous pousse à manger mal, trop, ou de façon compulsive sera à moyen et long terme inefficace. Une approche globale de la problématique du poids et/ou du comportement alimentaire amène à développer une attention et une conscience accrue de notre intimité, à identifier les émotions qui nous agitent, à les accepter et à tenter de les apprivoiser. Les apprivoiser, non les gérer : les émotions échappent à la volonté et au mental! Mais qu’en faire, si l’on ne peut ni les contraindre, ni les soumettre, encore moins s’en débarrasser lorsqu’elles nous encombrent?

C’est là qu’interviennet les thérapies énergétiques, telles que l’Emotional Freedom
Techniques (Technique de Libération des Emotions). Aussi appelée thérapie méridienne,
cette technique venue des Etats Unis s’apparente à l’acupuncture (mais sans les aiguilles) et permet de dénouer les noeuds énergétiques qui sont à l’origine de nos émotions douloureuses, blocages, phobies, séquelles de traumatismes et autres stress et
conditionnent certains de nos comportements. Si elle ne modifie pas notre passé ou notre histoire, l’EFT débarrasse les évènements traumatisants et croyances bien ancrées de leur charge émotionnelle et contribue à changer nos comportements (prétendûment acquis). Cet outil simple, efficace, doux, rapide nous rend une légèreté d’être et une liberté qui transforment notre vision de l’existence, notre rapport à soi, au monde et aux autres.

Diététicienne de formation, depuis longtemps dédiée à l’approche des troubles du
comportement alimentaire, j’ai intégré depuis un moment l’EFT à ma pratique…pour des
résultats étonnants !

Grâce à l’EFT, tout devient possible à qui refuse la fatalité : celle des kilos, du grignotage
et des compulsions, de la mauvaise image de soi, des vieilles blessures enfouies ou du
simple stress quotidien générateur d’attitudes compensatoires… L’EFT est un précieux outil, un compagnon de cheminement vers l’apaisement et l’apprivoisement de soi, vers un équilibre de vie personnel naturel, durable, choisi.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à me poser toutes vos questions sur les pratiques
énergétiques, la gestion des émotions, et mon approche des problèmes de poids et des
troubles du comportement alimentaire.
Vous trouverez toutes mes coordonnées ainsi que des informations complémentaires sur mon site internet www.espacebleu.be.

à bientôt !

Noëlle Lamotte.

Noëlle Lamotte – Notre rédactrice nutrition

Rencontre au détour d’un chemin …

Il s’est passé quelque chose entre Noëlle et moi. Je savais au plus profond de moi, que notre rencontre n’en resterait pas aux banalités d’usage. C’est avec une chaleur au coeur que je vous présente Noëlle Lamotte qui prend sa place au sein du groupe des rédacteurs du Blog Espace Équilibre.

Des études cartésiennes l’ont mis l’esprit au carré, ont structuré sa pensée et sa réflexion (humanités latin-math, puis graduat en diététique). Après quoi elle s’est laissée guider par son questionnement sur l’humain, le sens de nos comportements et de nos errances. Sa vie, comme la vôtre, est tissée d’expériences de toutes sortes, et son travail chaque jour s’en nourrit.
Elle a cherché à comprendre, lu énormément, avidement, avant de choisir les voies qui lui  paraissaient à la fois justes et utiles à aider ceux qu ‘elle accompagne au quotidien : des êtres en difficulté passagère, légère ou plus profonde. Qu’importe !

La souffrance n’a de sens que si l’on en sort!  Et de préférence plus fort, plus humain,
plus vivant, plus léger. Vous partagez cet avis ?

Retrouvez désormais Noëlle sur le blog Espace-Equilibre.

Anne-Marie.

 

Vous souhaitez avoir plus d’informations ? N’hésitez pas à commenter les articles du blog et à poser vos questions. Pour plus d’informations sur Noëlle Lamotte, n’hésitez pas à visiter son site internet www.espacebleu.be.