La Médecine Arcturienne

Tous les jours, je m’interroge sur le monde et sur ce qui nous motive à rechercher la lumière en nous ou à entendre cette petite voix qui est censée être là à l’intérieur de nous. Tous les jours, je reçois un appel concernant cette quête. Et tous les jours, ce sont les mêmes questions. Pourquoi, comment, où et quand. Il n’existe pas une réponse, mais bien des réponses différentes selon chacun.

L’une d’elles est la Médecine Arcturienne.

Il y a quelques années, j’ai reçu des outils qui ouvrent la conscience, le canal et permet l’intégration concrète de la Présence Divine, le « Je Suis » en nous. Par cette «méthode», le «channeling» ou la canalisation ou encore, entendre sa petite voix devient possible. Et ce, dans la plus grande simplicité.

Comment? Simplement en réalisant que le contact permettant de transmettre l’énergie de guérison et d’harmonisation des corps est le même que pour la voix; que d’entendre ou recevoir des messages passe de la même manière en chacun. Alors, il suffit simplement de prendre contact avec soi, les Guides ou les Maîtres par l’énergie «arcturienne».

Quels sont ces outils? D’abord, il faut comprendre que la Médecine Arcturienne est une énergie puissante puisqu’elle demande à vous élever vibratoirement pour y accéder. Là aussi, c’est très simple et accessible à tous. Lorsque nous comprenons le principe, le tour est joué ! C’est comme le vélo, cela parait compliqué et pourtant nous arrivons tous à tenir sur deux roues!

Les corps sont composés de lumière densifiée. La lumière est composée de formes géométriques. Le corps est donc une structure, une architecture, géométrique répondant à certaines normes «géométriques». Lorsqu’il y a dans la structure une anomalie, cela devient dans la lumière ou le corps une maladie, un malaise ou autre. Il est possible d’intervenir rapidement et efficacement en travaillant directement sur la structure. Les émotions ou encore le corps mental peuvent facilement être «travaillés» en quelques instants. Aucun besoin de comprendre. La Médecine Arcturienne agit sur la structure…  L’Univers est bâti selon des règles mathématiques et d’une précision à couper le souffle, rien n’a été fait au hasard.

Un autre outil très intéressant : les «harmoniques». Il s’agit de travailler les grilles magnétiques ou électromagnétiques qui entourent chaque individu, les «rebrancher» ou encore les «ajuster» afin que l’harmonie ou l’harmonique retrouve sa «justesse». Voyez le corps comme un vaste orchestre où chaque organe, chacune des cellules est un musicien. Chaque musicien a sa partition. Si un musicien ne joue pas bien, est trop lent ou trop vite, s’arrête de jouer ou encore joue un solo sans se préoccuper des autres, alors nous avons une symphonie «non harmonieuse» voire désagréable. L’harmonique consiste à aider ces musiciens à retrouver le goût de jouer juste et en harmonie avec l’ensemble. Cet orchestre lorsqu’il joue en parfaite harmonie produit une note, votre note. Et cette note est celle de la vie et elle est différente, unique, pour chacun. Retrouver cette note c’est retrouver la santé, l’harmonie.

Un autre outil est celui du son, de la vibration produite par la voix. Beaucoup n’utilisent que la voix. C’est puissant. Si vous pouvez canaliser la voix, vous êtes en communication avec vous et l’Univers. Ce n’est que par ce contact avec le TOUT que les bonnes vibrations et le bon son seront exprimés. Vous êtes un canal de lumière, mais aussi de vibration, de son. Il est aussi simple de travailler avec la voix que de travailler avec n’importe quel autre outil. Seule la peur du jugement est un obstacle de taille. Que penseront les autres ? Eh bien, on s’en fout! Le son n’est pas destiné à faire de vous quelqu’un de respectable et d’apprécié, mais plutôt que vous deveniez le canal de la manifestation de l’énergie vibrationnelle d’harmonisation, de décristalisation et d’amour universel et inconditionnel.

La Médecine Arcturienne est une façon simple de retrouver un contact avec soi et de le laisser se manifester en toute simplicité. L’Univers a son propre slogan : TOUT EST SIMPLE, TOUT EST PARFAIT. Cela signifie que même si vous vous trompez, il n’y a pas de problème. Vous avez le droit de ne pas être parfait. Vous êtes en apprentissage et les gens qui sont devenus parfaits sont aussi ceux que nous appelons les Maîtres… vous en connaissez physiquement autour de vous ? Ils ne sont pas nombreux. Pourquoi ? Parce que nous sommes tous en apprentissage. Il est donc permis de se tromper. Alors, n’ayez plus peur du jugement. Laissez se manifester en vous l’énergie Arcturienne et devenez le phare de lumière qui aidera votre entourage à trouver à leur tour leur chemin et leur propre lumière intérieure.

Oui, la Médecine Arcturienne est d’une simplicité et d’une énergie d’amour puissante puisqu’elle puise sa source en l’amour inconditionnel, en la Volonté du Sans NOM, en la Source des Sources. Nous sommes tous unis à cette Source, car autrement, nous n’existerions pas. Donc, tout le monde a accès à ce potentiel et tous peuvent l’activer. Seulement, chacun doit comprendre qu’il est un canal unique et différent. Et tout au long de ces dernières années où j’ai enseigné la Médecine Arcturienne avec les Arcturiens, je n’ai jamais rencontré deux canaux identiques. Tous ont découvert ce chemin vers soi dans la simplicité. Tous à leur manière bien à eux.

J’espère vous rencontrer bientôt afin de pouvoir en discuter avec vous.
Et n’oubliez pas que l’UNIVERS EST SIMPLE et que tout ce que j’enseigne est aussi simple.

Donald Doan.

HTTP://NORAMADOAN.COM

REtrouvez DONALD DOAN en belgique pour UNE CONFÉRENCE lE 29/09/2011 AINSI QU’un ATELIER les 01 et 02/10/2011. (Réservations et infos sur espace-equilibre.com)

 

Vaccination : le massacre des innocents

C’est dingue : voilà une info qui est passée inaperçue alors qu’elle aurait du faire les gros titres de toute la presse ! Hormis quelques sites web, dont l’excellent LaNutrition.fr, il semble qu’aucun média n’ait jugé bon de la mettre en exergue. Ce qu’elle nous apprend est pourtant renversant : les vaccins tuent très probablement les enfants !  Une méta-analyse américaine publiée dans la revue Human and Experimental Toxicology  (1) suggère en effet qu’il y a  un lien entre le taux de vaccination des nourrissons et le taux de mortalité infantile. Plus un pays vaccine, plus ses enfants risquent de décéder en bas âge. Exemple ? Aux Etats-Unis, où les bébés se voient administrer pas moins de 26 doses de vaccin, on compte 6,22 décès pour 1000 naissances. En Suède, on n’exige que 12 vaccins et on n’y enregistre que 2,75 décès  pour 1000. La France recommande 19 doses et enregistre 3,33 décès pour 1000. L’étude a comparé les statistiques de 34 nations pour mettre à jour cette inquiétante corrélation. Certes,  les pays où la mortalité infantile est élevée et où règnent les maladies endémiques ont tendance à vacciner davantage. La malnutrition y fait  aussi grimper les chiffres de mortalité. Mais dans les pays occidentaux, comment ne pas  voir un lien causal entre les décès de nouveaux-nés et la politique vaccinale ? Les chercheurs notent en particulier que les bébés semblent plus susceptibles de mourir de mort subite après avoir été vaccinés. Une des études répertoriées montre par exemple que 70% des nourrissons décédés de mort subite avaient reçu le vaccin DTPolio dans les trois semaines précédant leur décès. Prudente, l’étude conclut que « le vaccin pourrait être une cause majeure du syndrome de mort subite et que les risques de la vaccination pourraient être supérieurs aux bénéfices ». Si la relation causale entre les vaccins et la mortalité infantile se vérifie, ça voudrait dire qu’on tue chaque année des millions d’enfants dans le monde à coup de seringue, des centaines en Belgique et des milliers en France ! Qu’attendent les autorités pour appliquer le principe de précaution ?

Yves Rasir

 

(1) Miller N. «  Infant mortality rates regressed against number of vaccine doses routinely given : is there a biochemical or synergistic toxicity ? » Human Exp Toxicol may 4, 2011

 

Extrait de la revue Néosanté N° 2

Info : www.neosante.eu

Le cancer ? Un programme ancestral !

Et si, loin d’être un fléau « moderne » imputable à la dégénérescence, le cancer indiquait un retour à une vie cellulaire primitive et vigoureuse ? Et si, en d’autres termes, le cancer était une maladie des origines ?

Dans son numéro d’avril 2011, le magazine Science & Vie présente cette « thèse fascinante » développée par deux astrobiologistes passionnés par les origines de la vie, Charley Lineweaver, de l’Université de Canberra (Australie) et Paul Davis, de l’Université d’Arizona (Etats-Unis). Ces deux chercheurs sont partis d’une simple évidence :  si le cancer existe chez tant d’humains et d’animaux, c’est qu’il n’est pas dû à un malencontreux hasard dénaturant la réplication des gènes comme le veut la théorie actuelle, mais qu’il est plutôt le fruit d’un mécanisme bien rodé. « Les propriétés du cancer sont trop complexes pour pouvoir être expliquées par des erreurs génétiques s’accumulant à mesure que le corps vieillit » explique Charley Lineweaver. Dans l’immense majorité des cas, les mutations génétiques sont des défauts qui conduisent à la mort de la cellule. Curieusement, dans le cancer, ces supposées mutations renforcent la cellule et lui confèrent une formidable capacité de survie. »  Forts de ce constat, les chercheurs ont pensé que les cellules cancéreuses se « brancheraient » sur un mode de régulation déjà inscrit dans leur génome, et donc que le cancer serait en réalité la réminiscence dans les organismes modernes d’une vie très archaïque, apparue sur terre il y a 600 millions d’années.  A l’appui de leur thèse, Lineweaver et Davies font valoir que les formes de vie primitives, comme certaines espèces d’éponges (photo), ressemblent furieusement à des tumeurs. Selon eux, ce programme de « cancérisation » serait réactivé en situation de stress, les gènes ancestraux prenant alors le dessus sur les gènes plus modernes. Théorie révolutionnaire ? Sans aucun doute puisqu’elle laisse supposer que la maladie s’apparente à une stratégie de survie ancrée dans la mémoire cellulaire. Vision « radicalement nouvelle » ?  Là, le magazine Science & Vie  oublie de dire que le Dr Hamer a déjà découvert ça il y a trente ans ! Et que le médecin belge Robert Guinée l’a partagée dans un ouvrage très justement intitulé « Les maladies, mémoires de l’évolution ». Bref, la science « de pointe » commence à enfoncer des portes ouvertes depuis des décennies. On ne va pas s’en plaindre, mais on ne va pas  non plus s’en réjouir outre-mesure puisque les savants songent déjà à inventer des médicaments bloquant l‘activation des gènes anciens. Pareille lubie reviendrait encore une fois à bafouer la logique de la vie….

Yves Rasir.

Extrait de la revue Néosanté N°1

Infos : www.neosante.eu