Bioflavonoïde? … Qu’est ce que c’est?!

En fait les bioflavonoïdes, appelés aussi simplement les flavonoïdes, sont un type ‘d’antioxydant’ et sont des régulateurs de croissance et des ‘colorants’ naturels des plantes.  Ces substances sont une protection pour la plante contre les influences destructives de la nature, telles que les insectes et les maladies.  Pour cette raison elles se trouvent surtout dans les couches extérieures et dans les feuilles extérieures de la plante.

Quel est leur action bénéfique sur le corps humain?

En tant qu’antioxydant, les flavonoïdes, ensemble avec les ubichinones et cytochromes agissent sur le corps: surtout comme antiinflammatoire et antiradicalaire.  Pendant le processus métabolique oxydatif du corps se produisent, tant par des facteurs endogènes (comme une nourriture inadaptée) qu’éxogènes (comme la pollution, la radiothérapie, etc.), des formes réactives de l’oxygène, ie. le superoxyde, le peroxyde et le hydroperoxyde organique.  Ce sont ces radicaux libres, qui détruisent un grand nombre de liaisons cellulaires.

Les flavonoïdes peuvent ‘attraper’ les radicaux libres et les ‘neutraliser’ pour que la chaine de réaction non bénéfique au corps s’arrête.  De cette manière, ces antioxydants peuvent aider le corps dans différentes pathologies, telle que la grippe et le rhume en bloquant la croissance des bactéries et des virus.  Un effet antimycotique peut aider à solutionner le problème de mycose.  On peut soulager le corps dans des états d’inflammation tel que l’arthrite, la colite, le cancer, etc. et on attribue aux flavonoïdes aussi des effets cardioprotectifs.  Le quercitine, par exemple, qui se trouve dans l’oignon, le chou frisé, le brocoli et la pomme, agit comme anticoagulant, important dans l’athériosclérose.  On a pu observer que les femmes buvant régulièrement du jus de canneberge, qui contient certains types de flavonoïdes, ont moins de cystites que ceux qui n’en boivent pas.  Ce ne sont que quelques exemples !

Comment profiter au maximum des flavonoïdes ?

Les saisons le plus faciles pour intégrer les aliments à haute teneur en flavonoïdes sont le printemps et l’été.  Pourtant, il est nécessaire, pour garder une bonne santé, d’en manger toute l’année.  Voici comment vous pouvez profiter au maximum des flavonoïdes et quelques idées de préparation:

–  Mangez tous les jours minimum 2 fruits, idéalement entre les repas ou comme repas, par exemple le petit déjeuner:  Dans ce cas vous pouvez ajouter à une macédoine de fruits des amandes et du sarrasin germés ou faire un ‘shake’ aux fruits en mixant des fruits avec 1 cas d’oléagineux germés (amandes, noisettes, noix, graines de sésame) et éventuellement du lait végétal ou de l’eau pour le rendre plus liquide et crémeux.

–  Prenez l’habitude de commencer un repas par les crudités.  Une bonne partie des     antioxydants sont détruits pendant le cuisson !  Soyez créatif:  une salade, un pâté     végétal cru présenté ou roulé sur une feuille de salade ou de chou, des crudités en     bâtonnets avec une trempette, une soupe crue, etc.  Vous connaissez sûrement le     Gazpacho: une soupe d’été faite de poivrons, de tomates, de concombre, d’ail et           d’oignon, d’huile d’olive première pression à froid et de sel des Alpes ou du Tamari.  Le tout en partie égale et mixé légèrement et pas à une consistance crémeuse.

–  Cuisez vos légumes et vos fruits à la vapeur pour minimiser la perte de flavonoïdes et récupérez l’eau de cuisson pour préparer des sauces, soupe, etc.

–  Je vous rapelle que les flavonoïdes sont juste sous la peau de l’aliment…. Profitons:       Lavez bien vos aliments et mangez vos légumes et vos fruits  sans les éplucher !  Par exemple, mangez les pommes, les pommes de terre et les tomates avec la peau (sauf les bananes ! ), lavez bien les carottes sous l’eau en utilisant une brosse à légumes, sans frotter trop fort.  Les flavonoïdes donnent une partie du bon goût aux légumes et aux fruits !

–  Ceux qui ont un potager ou qui peuvent se procurer les fruits et les légumes très frais,    mûrs et sans un long temps de stockage et de transport, bénéficient particulièrement des antioxydants.  La teneur en flavonoïdes est plus élevée avec une luminosité appropriée, directement après la ceuillette et diminue avec le temps (long stockage) !

–  Manger les fruits et les légumes de saison et si possible de la région est important    pour profiter des flavonoïdes: par exemple, les tomates, les fraises, les framboises en    été et les choux, les pommes, les poires en automne et en hiver.  Les plantes produisent leurs antioxydants surtout en saison pour se protéger des maladies.

–  Mangez des légumes et des fruits variés !  Les antioxydants s’entre aident, donc une    variété est importante pour bénéficier au maximum des effets des flavonoïdes.

Gudrun Scholler.

En forme pour l’hiver grâce à une alimentation appropriée

A l’entré de l’hiver, beaucoup d’adultes se plaignent d’un manque d’énergie, d’une difficulté de concentration, voire d’épuisement. La fatigue, particulièrement présente en hiver, peut non seulement être due au stress quotidien, à un manque d’activités sportives, à un sommeil perturbé mais aussi à une alimentation inappropriée.

L’alimentation “moderne” contient souvent trop de graisses, des mauvaises graisses, des glucides raffinés et trop peu de glucides complets, de fruits et de légumes.  A long terme, ceci mène à une carence en nutriments, par exemple, le chrome, le fer, les b-vitamines, le zinc, le magnésium. Une longue fatigue et le stress peuvent avoir des répercussions importantes sur la santé, par exemple, une déficience du système immunitaire, des maux de tête de tension, des inflammations intestinales, un état dépressif, trop ou trop peu de tension, le syndrome prémenstruel, etc.

Au contraire, une alimentation équilibrée et nourrissante peut aider à prévenir un manque d’énergie et même gérer le stress.

Mes conseils : mangez 1 à 2 fois par jour des légumes crus, 1 à 2 fois des légumes cuits et ou du potage,  2 à 4 fruits, 1 à 3 portions de glucides complets, suffisamment de protéines apportées par les légumineuses, les oeufs, et les poissons, diminuez la quantité de graisses saturées (fromages, viandes), et ajoutez des graisses omégas-3 végétales comme les noix, les graines de lin et leurs huiles, si possible de qualité bio.  Si nécessaire, faites faire une prise de sang et montrez-la à votre nutritionniste pour être sûr que tout est en ordre.

Gudrun Scholler.

Plus d’infos : www.gudrun-scholler.be