Manger consciemment et intuitivement

L’alimentation énergétique en hiver

Manger consciemment et intuitivement signifie manger pour satisfaire les besoins correspondant aux cinq niveaux du corps: physique, émotionnel, mental, spirituel et énergétique. Plus précisement, c’est manger en tenant compte de trois aspects: les connaissances scientifiques actuelles, les connaissances de nos “grand-mères” et
être à l’écoute de son propre corps.

Les connaissances scientifiques actuelles concernent les fonctionnements biochimiques du corps. Ici on parle de nutriments, tel que les macromolécules (protéines, glucides, lipides), les vitamines (A, B’s, D, K,…), les minéraux (calcium, magnésium, zinc …), les oligoéléments ( manganèse, cuivre, bore,…), les antioxydants (flavonoïdes, ubichinones,…), et les enzymes, entre autres. Le domaine de la nutrition est d’une complexité passionnante ! Il y a des “règles” de base applicables à chaque personne. Puis en combinant la nutrition à la nutrithérapie et à la médecine orthomoléculaire, on peut soutenir le corps dans ses difficultés et combler les carences individuelles.

Les connaissances de nos “grand-mères” sont acquises en observant la nature, ses “lois” et leur impact sur l’homme en tant que “matière énergétique”. Depuis des millenaires, des médecines se sont développées selon ses lois de la nature. Parmie celles-ci se trouvent l’Ayurveda, la médecine tibétaine, la médecine chinoise, entre autres. Un point commun de ces modes de thérapie est qu’elles considèrent toutes que l’homme et la nature sont faits d’énergie. On ne parle ici ni d’électron ni de proton mais plutôt de yin, de yang, de chaleur, de sécheresse, des cinq saveurs, des saisons, des trois “types”, de Vata, Pitta et de Kapha, etc !

La richesse du savoir transmis par nos ancêtres profite à notre alimentation énergétique quotidienne.

En médecine énergetique, chaque saison correspond à des organes précis et à un élément précis: Bois, Feu, Terre, Métal, ou Eau. En hiver, ce sont les reins, la vessie et le système nerveux. Les organes sont plus actifs et plus fragiles et ont donc besoin d’être soutenus. Idealement vous choississez des aliments qui peuvent aider à fortifier ces organes.

Vous pouvez manger un peu plus salé qu’habituellement (attention à l’hypertension et à d’autres troubles de santé pour lesquels le sel est contraindiqué). Le sel et les aliments de goût sâlé soutiennent le fonctionnement des reins et de la vessie. Ces aliments ont un effet adoucissant sur ces organes et amènent de l’humidité et du calme au corps. Malgré qu’Ils sont plus adaptés aux personnes minces, sèches et nerveuses il est également important pour toutes autres personnes de soutenir l’élément Eau.

Les aliments qui renforcent l’élément Eau, en général, sont les suivants:

  • légumes: asperge, bette rave rouge, racine de bardane
  • fruits: framboise, framboise noir, melon, mûre noir, myrtille, raisin blanc et rouge
  • légumineuses: adzuki, haricot noir, lentille noir
  • algues: arame, dulse, hijiki, kombu, mousse d’Irlande, nori, varech, wakame
  • oléagineux: maronnier, graine de sésame noir
  • céréales: orge, sarrasin, riz sauvage
  • poisson/crustacés: poissons bleus, caviar, huitre, moule, palourde, pétoncle
  • autre: gomasio, miso, umeboshi, tamari

En hiver, il est bénéfique de manger les aliments de saison de cette liste et de les accompagner d’une varieté d’aliments qui soutiennent déjà l’élément Bois du printemps tel que: artichaut, avocat, carotte, chou frisé, chou de Savoie, luzerne, poireau, citron, pamplemousse, seigle, lentilles vertes et haricot mungo.

Bien sûr, chaque personne est unique et un individu. Pour traiter un trouble de santé, il est nécessaire de consulter un spécialiste en nutrition.

Gudrun Scholler.

En forme pour l’hiver grâce à une alimentation appropriée

A l’entré de l’hiver, beaucoup d’adultes se plaignent d’un manque d’énergie, d’une difficulté de concentration, voire d’épuisement. La fatigue, particulièrement présente en hiver, peut non seulement être due au stress quotidien, à un manque d’activités sportives, à un sommeil perturbé mais aussi à une alimentation inappropriée.

L’alimentation “moderne” contient souvent trop de graisses, des mauvaises graisses, des glucides raffinés et trop peu de glucides complets, de fruits et de légumes.  A long terme, ceci mène à une carence en nutriments, par exemple, le chrome, le fer, les b-vitamines, le zinc, le magnésium. Une longue fatigue et le stress peuvent avoir des répercussions importantes sur la santé, par exemple, une déficience du système immunitaire, des maux de tête de tension, des inflammations intestinales, un état dépressif, trop ou trop peu de tension, le syndrome prémenstruel, etc.

Au contraire, une alimentation équilibrée et nourrissante peut aider à prévenir un manque d’énergie et même gérer le stress.

Mes conseils : mangez 1 à 2 fois par jour des légumes crus, 1 à 2 fois des légumes cuits et ou du potage,  2 à 4 fruits, 1 à 3 portions de glucides complets, suffisamment de protéines apportées par les légumineuses, les oeufs, et les poissons, diminuez la quantité de graisses saturées (fromages, viandes), et ajoutez des graisses omégas-3 végétales comme les noix, les graines de lin et leurs huiles, si possible de qualité bio.  Si nécessaire, faites faire une prise de sang et montrez-la à votre nutritionniste pour être sûr que tout est en ordre.

Gudrun Scholler.

Plus d’infos : www.gudrun-scholler.be