Gérer l’équilibre Yin et Yang

Selon  moi, le client donne autant au consultant que le consultant donne au client.

Le client reçoit des conseils, le consultant donne  des conseils. Energie  d’échanges entre un émetteur et un récepteur,  autour d’un point commun : l’habitat. Le client dans son vécu, le consultant dans  son observation. Ce n’est pas seulement un rapport de prestation mais un accompagnement.

La qualité d’un consultant est d’écouter le client, son histoire, ses projet, ses questionnements, ses difficultés.

Ce qui m’ébahit toujours, c’est de voir comment une phrase résume non seulement l’état d’esprit de la personne mais aussi le feng shui d’une pièce, son positionnement, la vibration cardinale qu’elle reçoit : nord, sud, ouest, nord-ouest…Avant même de regarder un plan, de l’analyser de fond en comble, des petites phrases-clés sont révélatrices.

«  je veux bien recevoir mais je ne veux pas me laisser envahir » pour un salon au nord-est

« j’aime bien mettre les petits plats dans les grands » pour une salle à manger au sud

« avec les gens je suis pas mal relation kleenex, je prends, je jette » pour un salon au sud, sud-est

Par exemple la lumière du nord-est baigne la pièce de son empreinte, sa personnalité et donne subtilement de façon omniprésente une directive. « Avec moi le nord-est dans ton salon tu vivras tes relations sociales de cette façon ! je veux bien recevoir mais je ne veux pas me laisser envahir »

Etonnant ? Fascinant ? Logique et réelle pour un consultant.

Un maitre a dit : «…une pensée devient un acte, un acte devient une habitude, une habitude devient un comportement …» C’est vrai ! J’ai observé combien le déséquilibre vient d’abord  de la façon avec laquelle on pense. Je  continue d’affirmer que l’image de notre habitat est le reflet de nous-mêmes et de nos pensées colorées, mornes ou grises.

On recherche tous le bien-êtrel’équilibre, le bonheur, la joie de vivre. On s’y emploie plus ou moins mais on souhaite tous la même chose. On est tous d’accord de dire que lorsqu’une situation a trop duré, elle laisse ses marques. Physiques, émotionnelles, psychiques. Un dérèglement se crée inévitablement et engendre un comportement de compensation,  pour contrer la personne, la situation. Bref, on s’adapte…par la force des choses. Il en est de même pour un habitat.

On s’adapte car tout n’y est jamais parfait. Mais comme rien n’est parfait c’est idéal, cela nous donne l’occasion de changer, de améliorer. On vit avec. On en est même esclave. Si ! si ! Esclave car on le maitrise pas. Que l’on sorte d’une chambre trop sombre car  l’arbre d’en face nous mangeait  toute la lumière, ou que l’on ait manqué d’une terrasse, que l’on ait subi le blanc du mur que le propriétaire n’acceptait pas que l’on repeigne ou le paternel qui ne voulait pas que l’on ferme la cheminée parce que celle-ci lui rappelait lui-même son paternel… !

Qu’elles que soient les raisons, volontaires ou involontaires, conscientes ou inconscientes dés qu’on en a l’occasion on dit : « assez ! je veux changer ça ! » et on ne va vouloir qu’une chose : compenser tout ce que l’on a pas eu à l’inverse.

L’impulsion du changement est là, l’action aussi tant mieux. Mais sur quelle socle se fait-elle, sur quelle fondation ? Sur le ras le bol d’excès ! Si on a manqué par exemple de 50 % de lumière naturelle, on voudra dans la prochaine maison au minimum récupérer ces  50% et mon observation m’a confirmé qu’à cause du  déséquilibre on en voudra encore plus ! Mais que fait-on dans ce cas là ? On va vers un autre excès. Juste opposé. En nous s’est installé un faux signal. On croit rétablir la situation…

au mur trop pâle trop pâle de la chambre à coucher on voudra lui donner un coup de fouet : orange, fuchsia, rouge peut être

aux fenêtres trop petites on voudra compenser par de grandes baies vitrée

aux façades exposées nord, nord-ouest, nord-est toute l’année, on voudra du soleil, de la lumière et on ne pensera à chercher une maison orientée uniquement plein sud

aux plafonds trop bas, revêtis d’une matière en bois ancienne, ou d’une couleur foncée on voudra de l’air, de l’espace et on cherchera des pièces aux plafonds bien hauts.

Que ce soit la taille de l’habitation, des pièces, la lumière ou les couleurs on devra apprendre à doser chacun, pour retrouver un équilibre et éviter de recréer un autre déséquilibre.

Ce phénomène de compensation, de complémentarité, d’opposés, ne sont que les  deux faces d‘une même pièce. Le vide appelle le plein, le plein appelle le vide. Nuit/jour, lumière/obscurité, joie/tristesse, lenteur, rapidité, amour/haine, rouge/vert, eau/feu…etc.

On parle de maison, d’environnement, de feng shui mais avant tout d’un processus.  Et ce processus s’applique partout. Pourquoi ? Car c’est la façon de penser qui déterminera la suite.  Il en va de même dans l’éducation. Par exemple : qui n’a jamais dit : «  ah ça ! crois moi je ne ferai  jamais  comme mes parents ont fait avec moi ! mes enfants ils auront… »

On a l’impression de rectifier le tir, mais avec une réaction  de colère, de frustration. L’espace neutre qui permettrait de changer ‘la chose’ est en total déséquilibre. Appelons le : un centre. Ce centre est vide, chaotique, encombré. On ne pourra pas s’y placer pour y raisonner calmement en toute équanimité. Alors on réagira avec son contraire. Le jour ou la même situation se représentera via nos enfants, celui qui réagira en nous sera l’enfant que l’on était. Evidemment. Les comportements d’adultes sont les mêmes que dans une cour de récréation, observez-bien.

Alors ! que ce soit notre habitat qui nous aie pesée, que ce soit le plafond bas ou la couleur blanche de la chambre, ou le comportement de notre père enfant, ou une sévérité de la maitresse d’école…nos réactions et nos choix sont fortement influencés par ces déséquilibres, qui se sont infiltrés dans notre environnement personnel et qui nous ont privé de quelque chose. C’est dans ce quelque chose qui n’a pas été présent qu’il faut aller voir. Aller chercher la graine de semence, la goutte blanche ou noire du Taichi en photo, qui poussera vers l’autre tendance, en douceur, dans un renouveau que l’on saura recevoir car il sera guérisseur, on saura l’accueillir car on aura au préalable identifié le grain de sable. On se laissera apprivoiser par l’idée du changement, à chacun son rythme. On s’en remettra enfin à autre chose et on remettra cette partie de nous marquée par l’excès, on apprendra à la lâcher pour faire place à autre chose.

Le feng shui est un outil extraordinaire qui combine beaucoup de choses.

Quand on pousse plus loin, chaque bout de connaissance, chaque détail renferme une mine d’or.  On découvre une terre d’aventures à explorer, à nettoyer, à réorganiser, à pacifier. Sa maison, son chez SOI.  Et le feng shui devient un outil de découverte et d’apprentissage de soi.

Moi-même j’ai déménagé 14 fois dans ma vie, depuis ma naissance ! Aussi loin que je puisse me souvenir des maisons que j’ai habitées, chacune m’a toujours présentée une trame logique. Il y a des aspects que j’ai du améliorer plus que d’autres, mais j’ai TOUJOURS retrouvé en chacune exactement le fil conducteur de ma personnalité avec les points forts et les points faibles. Le jour ou j’aurai expérimenté et compris alors je passerai à autre chose. Bonne nouvelle : c’est en cours.

A bientôt !

Cécile Maire.

www.decoretsaison.be

 

 

Nos pièces de vie nous racontent quoi ? Avant d’être les notres ?

Quand on me demande parfois « Tu y crois toi, au Feng Shui ? » je ne suis bien entendu plus à convaincre tans les retours des maisons ou appartements que j’ai expertisés sont porteurs de changements, de prises de conscience dans la vie de chaque personne. Et cela n’est que logique, logique toute naturelle qu’un consultant sait doser, comme un chef d’orchestre sait mener le tempo de tous les instruments. Chacun sa place, chacun son moment.

A cela je réponds deux choses : La première est qu’il ne s’agit pas de croire ou de ne pas croire, ( les croyances nous en sommes remplis ! ) mais seulement de faire l’expérience. Voilà autre chose ! Que ce soit dans n’importe quel domaine, quel qu’en soit le support nous ne faisons que des expériences. Il faut se laisser tenter, se laisser aller, oser par curiosité, par goût ou par intérêt ou encore par ‘hasard’…

La deuxième est que répondre : « non je n’y crois pas ! », c’est comme dire de la nature : « je ne crois pas en ses bienfaits, je ne crois pas dans les saisons, je ne crois pas dans l’énergie renouvelante du printemps, de la joie de vivre que donne le soleil…je ne crois pas en cette bonne vitamine C qui me requinque en hiver, je ne crois pas en cette eau qui m’aide à me délasser et à lâcher prise… »

A mon sens,  le Feng Shui c’est ça ! Cela reste mon expérience mais je la partage.

Quoi ? ça ? Et bien ! Ramener dans nos intérieurs et nos pièces de vie : hall, salon, cuisine, chambre, salle de bain, bureau,… la bonne synergie des rythmes naturels et constructifs de la nature.

Observez la nature…elle se laisse faire, elle se laisse conduire par quelque chose qui la rend plus majestueuse de saison en saison, elle écoute le rythme du nord quand vient l’hiver, celui de l’est quand vient le printemps…ah le printemps… nous y sommes au printemps tant attendu…la nature éclate de beauté et de générosité et de renouveau. Qui n’expérimente pas cela ? Qui ne respire pas cela ? Qui ne voit pas cela ? Tout le monde sans exception.

Que faire de cela chez nous ? La même chose. On peut recevoir via nos pièces et leurs orientations cardinales et vibratoires un rythme tout particulier qu’ils s’agit d’accueillir, de vivre et de comprendre comment il peut nous influencer…jour après jour.

Les empereurs de Chine quand il construisaient leurs palais, les plaçait sous les bonnes influences du site : topographie du terrain et créait aussi quatre ‘sous palais’, chacun orienté dans une direction : le sud- l’été, l’automne – l’ouest, le nord- l’hiver, le printemps- l’est. Il se déplaçait ainsi dans la partie du palais en phase avec la saison et les énergies qu’elle véhiculait. Juste endroit, juste moment, juste énergie.

Pour nous, point de palais ! mais des pièces…dont on ne peut changer l’orientation.  Inévitablement, un salon au nord ou un salon au sud draineront des vibrations très différentes, voir opposées dans ce cas précis. Ou chacune a son mot à dire…Lequel ?

Dans celle du SUD, c’est la joie, la spontanéité, l’envie de conquérir et de s’ouvrir à de multiples rencontres, on est tout feu tout flamme. C’est aussi de la démesure, on dit oui à tout plus facilement. On aime la fête.

Dans celle du NORD  une tendance au repli sur soi, à une forme de constance dans les relations, une sécurité. Ou encore  une certaine difficulté à aller de l’avant pour inviter, sortir, ou alors au prix d’efforts. Une position qui soit convient, soit frustre avec le temps, si par exemple vient de déménager et que l’on projette de se faire de nouveaux amis 😉

Que faire ? D’abord accueillir l’ESPRIT du NORD par exemple,  qui vient nous montrer et nous apprendre quelque chose sur nos relations, notre façon de fonctionner, est-ce une tendance mise à jour ? Qui a pris le dessus avant l’autre ? Vous qui vous installez…? Ou la maison qui vous accueille pour faire une expérience du NORD fortifiante… ? Ou encore même le NORD qui vous chuchote à travers sa lumière quelque chose que vous ignorez ou cachez… ?   Quel aspect de vie a besoin d’être recentré et l’autre dynamisé ?

C’est ainsi que vont et viennent les ESPRITS de la nature, les ALLIES. Que le Feng Shui décrypte de façon naturelle tout ce qui  s’inscrit dans un rythme. Chaque maison a donc son propre rythme. Chaque pièce sa personnalité, sa note, et c’est elle qui mène la danse.

Le Feng Shui veillera a un équilibre de cette personnalité, comme un enfant, comme une adulte, NI TROP, NI TROP PEU.

Le Feng Shui use alors  d’un  juste choix  de couleurs sur les murs pour relancer le mouvement, pour amener à la SAISON  suivante en douceur, (on ne peut pas tirer sur les carottes pour les faire pousser plus vite ! ) pour créer un DECOR ou l’on peut se fondre tranquillement assuré de renouveau, d’un mouvement idéal et porteur pour toute la famille.

Le Feng Shui c’est bien plus qu’un aquarium ou qu’une fontaine disposé en zone abondance, ou qu’une statue de couple dans une zone amour. Ceci n’est qu’une conséquence visible de son application, utile bien entendu…mais derrière, au cœur de chaque chose et de chaque objet se cache un trésor, une porte vers un rythme que l’on oublie et qui nous parle au travers des éléments, faits pour briller, rassembler, récolter, se recentrer, s’intérioriser, lâcher, rêver, croitre, renaitre, s’expanser NATURELLEMENT.

A bientôt…

Cécile Maire.

Maison, un décor fait de saisons !

S’il y a bien quelque chose de commun entre l’être humain et les animaux c’est bien cet élan naturel de se poser dans un lieu, de le faire sien, de se l’approprier. Une énergie qui cherche un fondement, une attitude vitale même. Maison, nid, terrier ; chacun protège une seule et même chose : un foyer ! Des enfants,  des petits à plumes ou à poils…En un mot : une famille, une énergie qui se rassemble dans un centre.

Et puis il y aussi une autre forme de maison : le corps que l’on donne à nos pensées, qui sont en elles mêmes les habitants de notre cerveau. Nous avons les petits ‘joyeux’, les petits’ grincheux, les petits ‘aventuriers’…en bref nous ne sommes pas tout seul !

La question est de savoir qui habite en nous, ‘chez’ nous bien, qui loue cet espace dans notre tête, 24h/24h.

Alors parler de maison c’est avant tout parler de soi même, car on souhaite faire de la maison un espace que nous aimons et qui nous ressemble.

J’apprenais un jour, à mes tous débuts d’intérêt sur l’énergie, que l’être humain vibrait sur le même mode que la terre, du moins les éléments qui la composent : air, terre, feu…etc… tout ce qui est en nous, tout ce qui fait notre substance résonne avec la terre.

Celle-ci évolue selon des rythmes que rien ni personne ne peut contrôler ! La terre, avec « son corps de terre », nous offre tous les jours des beautés et des merveilles de couleurs, de parfums, de matières que l’on regarde, que l’on touche depuis la nuit des temps, que l’on prend comme évidentes parce qu’on les voit… sauf le jour ou on ne les voit plus 😉

Mais on n’imagine pas  un seul instant toute l’énergie qu’il lui a fallu pour en arriver là…cela nous échappe…alors nous prenons, nous prenons…sans fin…mais que lui donnons nous en retour ? Nos déchets ! Originellement extirpés de ces entrailles pour les lui redonner à digérer…et, on s’attend à ce qu’elle en fasse quelque chose…elle qui a mis des millions et des millions de jours à façonner, en silence (car la nature ne fait pas de bruit).

Non ! non ! Notre maison que nous aimons, que nous décorons ne peut pas vibrer au plus haut si en retour nous ne sommes pas conscients de cette réalité énergétique qui nous soutient. Tous les jours, sous différentes formes : énergie de l’air, énergie des fruits et légumes, énergie de l’eau, énergie  du feu…nos vêtements.

Et plus encore, les couleurs qui viennent des pigments de la terre et qui donnent des vitamines pour nos yeux, le bois de nos portes et meubles…Tout ce qui compose notre maison vient de la terre ! Tout ce qui nous soutient sous toutes ses formes vient à nous, sans compter, aux rythmes des saisons. Et chaque rythme a sa propre mélodie, son propre vêtement sa propre personnalité…

Si nous prenons conscience de cela, alors notre maison ne devient plus qu’un garde meuble, ou un lieu de repos évident parce que rentrer chez soi est un acte normal, automatique…

Si nous savons que nous rentrons chez nous pour saluer notre maison comme une personne, qui nous accueille pas seulement parce qu’on en fait une maison accueillante ; mais parce qu’on accueille « en nous », dans notre « chez nous »  les rythmes de la terre  qui parlent de beauté, d’harmonie, de partage, de croissance sans cesse renouvelée.  Printemps, été, automne, hiver sont les pensées de la mère nature  qui se manifestent au travers de nos éléments décoratifs : meubles, draps, coussins, rideaux, vases, tableaux, bougies…

Reconnaître que cela ne nous appartient pas à l’origine mais que cela nous est prêté ouvre dans notre maison une dimension plus grande faite non pas d’acquis mais de respect.

Alors se produit une ouverture prête à accueillir des énergies de changement. Une réalité plus grande et plus vivante : un retour à notre vraie nature, dans notre corps, dans notre maison : la terre.

Cécile MAIRE.

www.decoretsaison.be

Mémoires et énergies subtiles dans l’habitat

Tout est vibratoire dans l’univers, terre, couleurs,  musique…pensées et paroles, etc. De grands scientifiques l’écrivent maintenant (Georges Osorio ou Hubert Reeves).

L’être humain vibre dans ses sentiments et dans ses émotions, dans ses peurs et dans l’expression de sa puissance, etc. Le psychisme humain qui fonctionne sur le mental et l’émotionnel de l’être est sensible aux vibrations. Les énergies positives ou négatives seront donc attirées par des expressions qui leurs correspondent. Nous attirons des énergies qui ressemblent à nos émotions, à nos dualités, à nos peurs, à nos manques…. Parfois, cela arrive très rapidement lors d’un choc émotionnel important ou un état de malaise très profond.

Dans l’analyse onirique, la maison est la représentation de l’être humain. C’est en elle qu’il va « vibrer » ses sentiments et ses émotions les plus fortes, en bien ou en mal.

Comme tout ce qui forme l’univers est en vibrations, la maison va s’imprégner des climats, des sentiments et des émotions importantes vécues en elle.

Elle va « vivre » toutes les émotions, tous les climats, manifestés ou cachés, de ceux qui l’habitent.

L’être humain naît en étant déjà imprégné de la génétique familiale, des schémas transgénérationnels (Pr Anne Ancelin Schützenberger ) et de l’inconscient collectif (Carl Gustav Jung) en plus de mémoires karmique (si l’on accepte ce concept).

Il va donc être influencé par ces différents schémas et mémoires de famille, les secrets, les non-dits, l’éducation et ses restrictions, la « culpabilisation » de la morale religieuse, etc.

La maison est elle aussi imprégnée de ces « mémoires » des personnes qui l’ont habitée. Cela est encore plus marquant lorsqu’il s’agit d’une longue lignée familiale.

Les présences

Nous avons déjà toutes et tous été interpellés par une « sensation » de bien-être ou de lourdeur, ou de tension,  lorsque nous sommes entrés dans une maison, sans rien savoir de ce qui s’y passait ou de ce qui s’y est déroulé un jour lointain ! Le climat engendre ce que l’on nomme un « égrégore » !

Au sens énergétique du terme, religions et philosophies reconnaissent que nous avons une « énergie âme » et qu’elle quitte le corps à la mort. Elle va devoir quitter les sphères astrales basses que représentent la terre et la matière pour aller….dans un autre état. Là aussi, la science commence à manifester cette notion d’une partie de la cellule qui perdure après la mort de la matière (le mathématicien et biologiste Emile Pinel et J. Bousquet, Docteur ès Science, Biologie, Biophysique) et que cette « mémoire » perdure dans l’astral (Dr Georges Osorio )

L’âme va donc quitter le corps « dans l’état d’esprit et le caractère » de cette personne avant sa mort physique. Si elle ne quitte pas le bas astral, elle va rester en contact, mais en étant dans un état de perte d’énergies. Elle va donc « puiser » son énergie sur les personnes et/ou les lieux. On parle alors « d’entité » !

La situation est la même dans le cas d’une personne qui n’accepte pas la mort d’un proche et qui le retient, maintenant également son énergie en bas astral et donc en faiblesse>puiser les énergies.

Nous pouvons donc être influencé par :

  • Les climats/mémoires du passé du lieu – Ceux issus de la famille ou des anciens habitants  – Ceux qui émanent du mal être profond des personnes (parfois depuis très longtemps).
  • Les énergies/âmes qui n’ont pas quitté la bas astral, de leur choix ou d’avoir été retenues (parfois depuis très longtemps aussi).
  • Des énergies qui sont restées liées au terrain (et se manifestent pendant ou après la construction) (Sous très grande réserve dans nos propos sur antenne) D’énergies négatives orientées vers ce lieu ou certaines personnes
  • Les dualités profondes que l’être humain peut vivre, sans parler de double personnalité, ni de négation, peuvent être perçues comme « des énergies négatives » !
  • Peu de personnes osent parler de cette origine intérieure, comme par exemple à travers de grandes colères contenues, des secrets, de grands mal être non exprimés, le fait de subir des agressions verbales ou physiques sans en parler ni s’en défendre, etc.

Il est certain qu’il faut tenir compte, et d’ailleurs prioritairement,  des causes issues de problèmes psychologiques ou médicaux personnels.

Il faut aussi tenir compte du principe de la géobiologie car certains indices peuvent émaner des deux sources : géobio et énergies subtiles. La différence sera constatée par des tests effectués à l’aide d’une antenne de Leicher ou de la radiesthésie sur base de la référence des taux vibratoires énoncés par Bovis.

Raisons de penser qu’il existe une éventuelle présence anormale ?

  • Grande nervosité anormale de l’un ou des membres de la famille dans la maison (tous ne sont pas aussi vulnérables)
  • Maux de tête, malaises, nervosité anormale, dans la maison et pas en dehors
  • Enurésie anormale car ponctuelle et généralement inexistante en dehors de la maison ou de la chambre (cesse en général le soir même si liée exclusivement à cela)
  • Enfant qui refuse de dormir dans sa chambre (puis qui y retourne de lui-même sans avoir été prévenu qu’un travail a été effectué)
  • Dans les enfants « hyper émotifs », expression de leur part « d’une présence » (également confirmé par eux après la libération sans avoir été prévenus)
  • Problèmes répétitifs anormaux sur le matériel de la maison, particulièrement au  niveau de l’eau et de l’électricité
  • Maladies répétitives anormales voire médicalement inexplicables
  • Animaux qui refusent de passer à certains endroits, de rester dans certaines pièces, qui fixent un point d’une chambre, éventuellement avec des grognements
  • Sensation étrange d’une présence (également constatées par des personnes adultes, parfois même des cartésiennes)
  • Sensation d’un froid ou d’un courant d’air sans raison plausible, parfois une seule personne dans la pièce
  • Etc…

Un test réalisé à distance me permet déjà d’avoir une première information sur l’état vibratoire de la maison et de ses habitants.

« Si vous avez la sensation que quelque chose ne va vraiment dans votre maison », vous pouvez envoyer par mail adresse complète, noms, prénoms et âge des habitants.

J’ai été invité à parler de tout ceci à Vivacité et vous pouvez réécouter cette émission sur le blog « Vivacité – La vie du bon côté » en date du 22 septembre.

Je vais à nouveau participer à cette émission le 29 novembre pour parler des énergies perçues, attirées, engendrées…par les comportements humains !

N’hésitez pas à partager vos avis, vos interrogations et vois expériences sur le blog, j’y répondrai dans les plus brefs délais. Faites-en profitez le plus grand nombre.

Alain Fournier.

Ouvrages : En plus des Moody, Maggy Lebrun, Kubler-Ross,

  • L’après vie confirmée par la science – Georges Osorio – Interkeltia (Très intéressant car scientifique mais accessible pour comprendre le principe des « énergies qui perdurent et qui peuvent rester en contact avec les vivants)

  • Nous ne mourrons jamais – Bernard Jakoby – France loisirs (idem mais plus en rapport de l’âme)

  • Messages de l’au-delà – Serge Girard – ?

  • Les énergies de nos maisons – Votre serviteur – A mon adresse

Un site bien fait pour répertorier les énergies diverses qui peuvent nous influencer : http://www.ateliersante.ch/entites.htm